Infos générales



AFFERRO MINING INC.
Signing of MOU with POSCO for Development of Projects in Cameroon
Afferro Mining Inc. ("Afferro" or the "Company"), the exploration and development company focused on iron ore in Cameroon, is pleased to announce that it has signed a memorandum of understanding ("MOU") with POSCO Africa (Pty) Ltd. ("POSCO Africa"). Both parties have agreed to endeavor and cooperate in order to negotiate a definitive agreement in relation to Afferro's Nkout, Ntem and Akonolinga iron ore projects in Cameroon.
Highlights
  • POSCO Africa signs MOU with the intention of making a project level investment
  • POSCO Africa to cooperate to facilitate infrastructure and project development funding
  • Both parties working towards signing a definitive agreement during Q2 2013
POSCO Africa (Pty) Ltd is a 100% subsidiary of POSCO Co. Ltd. This MOU is non-binding and non-exclusive.
Luis da Silva, Chief Executive Officer of Afferro, commented:
"The MOU with POSCO Africa is a potentially transformational step in the continuing development of our high quality and strategically located portfolio of iron ore assets in Cameroon. The MOU is an endorsement of the work we have undertaken to de-risk our asset base and establish a platform from which to enter the next stage of our development.
POSCO has extensive expertise in developing iron ore projects and related infrastructure, and an existing presence in Africa, making them an ideal partner to work with us to unlock long term value from our project portfolio.
We are pleased to have reached a stage of negotiations with a potential partner with the credibility and capabilities of POSCO Africa, which we firmly believe reflects the potential of our assets."

For further information please contact one of the following:
Contact Information
Afferro Mining Inc.
Luis da Silva / Jeremy Cave
Tel: +44 (0) 20 7010 7680
Investec
Nominated Adviser: Neil Elliot
Corporate Broker: Chris Sim
Tel: +44 (0) 20 7597 5970
RBC Capital Markets
Joint Broker: Martin Eales / Richard Hughes
Tel: +44 (0) 20 7653 4000
Pelham Bell Pottinger
Daniel Thöle / James MacFarlane
Tel: +44 (0) 20 7861 3232
About Afferro Mining Inc.
Afferro is an established exploration and development company listed on the TSX-V (AFF) and AIM (AFF). Afferro's portfolio includes the 100% owned Nkout, Ntem and Akonolinga iron ore projects. It also holds a 70% interest in the Ngoa project, an exploration target bordering Nkout. Nkout comprises a National Instrument 43-101 ("NI 43-101") compliant Indicated Mineral Resource Estimate of 1.19Bt at 32.9% Fe and an Inferred Mineral Resource Estimate of 1.33Bt at 30.3% Fe.
About POSCO
POSCO is an integrated steel producer in Korea. It produced approximately 37.3 million tons of crude steel during the year ended December 31, 2011, a substantial portion of which was produced at Pohang Works and Gwangyang Works. POSCO's product portfolio consists of hot rolled steels, steel plates, wire rods, cold rolled steels, galvanized steels, electrical galvanized steels, electrical steels, stainless steels and titanium products, which are used in ships, automobiles, consumer electronics, machine structural uses and general structures.
Qualified Person
Howard Baker (MAusIMM(CP)) has 18 years' experience in the mining industry and 10 years' experience in the exploration, definition and mining of iron ore mineral resources. Mr Baker is a full-time employee of SRK Consulting (UK) Ltd., an independent consultancy, and has sufficient experience which is relevant to the style of mineralisation and type of deposit under consideration, and to the type of activity which he is undertaking to qualify as a Qualified Person in accordance with NI 43-101 and a Competent Person as defined in the June 2009 Edition of the AIM Note for Mining and Oil & Gas Companies. Howard Baker consents to the inclusion in the announcement of the matters based on their information in the form and context in which it appears and confirms that this information is accurate and not false or misleading.
Forward-looking Statements
This announcement includes certain forward-looking statements. All statements, other than statements of historical fact, included herein are forward-looking statements that involve various known and unknown risks and uncertainties as well as other factors. Such forward looking statements are subject to a number of risks and uncertainties that may cause actual results or events to differ materially from current expectations, including delays in obtaining or failure to obtain required regulatory approvals. There can be no assurance that such statements will prove to be accurate and actual results and future events could differ materially from those anticipated in such statements.
Information about the risks and uncertainties of the Company's business is provided in its disclosure materials, including its Annual Information Form and its MD&A for the 12 months ended 31 December 2011, available under the Company's profile on SEDAR at www.sedar.com. Factors that could cause actual results or events to differ materially from current expectations include but are not limited to: exploration risks, the grade and recovery of ore which is mined varying from estimates; estimates of future production, mine development costs, timing of commencement of operations; changes in exchange rates; access to capital; fluctuations in commodity prices; and adverse political and economic developments in the countries in which we or our investments operate. Although the Company has attempted to identify important factors that could cause actions, events or results to differ materially from those described in forward looking information, there may be other factors that cause actions, events or results not to be as anticipated, estimated or intended. There can be no assurance that forward looking information will prove to be accurate, as actual results and future events could differ materially from those anticipated in such information. Accordingly, readers should not place undue reliance on forward-looking information. The forward-looking information contained herein, speaks only as of the date hereof (unless stated otherwise) and, except as may be required by applicable law, Afferro disclaims any obligation to update or modify such forward-looking statements, either as a result of new information, future events or for any other reason.
Neither the TSX Venture Exchange nor its Regulation Services Provider (as that term is defined in the policies of the TSX Venture Exchange) accepts responsibility for the adequacy of this release.


Read the original article


 

Cameroun : Mine de maffieux

Cameroun : Mine de maffieux 


Ces pratiques, qui consistent à se faire de l’argent en miroitant à des partenaires potentiels un projet qui peut finalement ne même pas se réaliser, faute de moyens financiers adéquats, n’est pas nouveau au Cameroun. Notamment dans le secteur minier. En 2011, la découverte du potentiel du gisement de diamant de Mobilong, dans la région de l’Est, a débouché sur une crise politique en Corée, la société C&K Mining ayant été accusée d’avoir, avec le concours de hauts dignitaires du pouvoir de Séoul, volontairement surévalué le potentiel de ce gisement aux fins de spéculation boursière.
Un scandale qui n’a pas empêché que la société C&K Mining se fasse délivrer avec une rapidité étonnante un permis d’exploitation minière sur le gisement de diamant de Mobilong, désormais présenté comme étant… l’un des plus importants au monde et non… le plus important du monde comme initialement déclaré par la société exploratrice.
Pendant des années, la société Hydromine avait miroité au gouvernement camerounais et à des partenaires qui se sont rués sur le projet ne lésinant pas sur les moyens financiers, un investissement de 5000 milliards de Fcfa pour l’exploitation des gisements de bauxite de Minim Martap et de Ngaoundal. Après plusieurs années de balbutiements du projet, l’on finira par découvrir qu’Hydromine, société sans consistance créée dans la précipitation dans l’Etat du Delaware aux Etats-Unis, n’avait pour siège qu’une chambre d’hôtel, tandis que sa représentation au Cameroun se réduisait à la dépendance du domicile de son principal représentant au quartier Mvan à Yaoundé.
Il a fallu qu’Hydromine soit dessaisi de ce projet, pour qu’un consortium indiano-émirati-camerounais mettent en place la société Cameroun Alumina (Cal) qui permet au moins de voir désormais
du palpable dans ce projet. Dans le même ordre d’idées, depuis 2005, la société Geovic Cameroun, après la phase d’exploration, est détentrice d’un permis d’exploitation du gisement de Nickel et de Cobalt de Nkamouna dans la localité de Lomié, région de l’Est. Depuis cette date-là, cette entreprise n’a de cesse d’annoncer le démarrage des travaux de construction de la mine proprement dite, déclencheuse de la phase d’exploitation. Huit ans plus tard, le premier coup de pioche de la mine reste attendu à Nkamouna, où des milliards de Fcfa de financements ont déjà été engloutis.

Au grand bonheur de certaines parties prenantes au projet. Une source au ministère de l’Industrie, qui corrobore l’existence des pratiques maffieuses dans le secteur minier au Cameroun, révèle d’ailleurs que la délivrance d’un permis d’exploration minière est un véritable sésame pour nombre d’investisseurs, qui s’en servent généralement pour aguicher des partenaires
intéressés auprès desquels des financements sont mobilisés, mais qui finissent souvent par jeter l’éponge après avoir dépensé sans compter, mais surtout sans résultat concret au bout du compte. Parce que tel n’était pas l’objectif premier du titulaire ou détenteur du permis d’exploitation ou d’exploration.

Le gisement de fer de Nkout échappera-t-il à cette logique de prédation au détriment du développement de l’économie camerounaise ?

© Mutations : B.R.M.


 Read the original article

Hanlong may partner with SOEs in Mbalam

(Global Times)
Updated: 2012-12-28 11:09
Counter:112


Private firm Sichuan Hanlong Co is considering a partnership with State-owned enterprises (SOEs) to develop a major iron ore mine in western Africa, urged on by Chinese authorities, Hanlong told the Global Times Thursday.
"On a request from relevant government agencies, several large State-owned steel companies are talking with Hanlong about a cooperation to jointly develop the Mbalam iron ore mine," according to a statement e-mailed by Hanlong Thursday.
The firm noted that the deal is "particularly" aiming to provide reliable long-term iron ore resources for domestic steel companies.
The Mbalam project, owned by Australian iron firm Sundance Resources in Cameroon and the Republic of the Congo, is valued at as much as $14 billion, and is expected to reach an annual output of 35 million metric tons of steel-making raw material in phase one, eventually growing to 100 million metric tons in phase two.
According to Hanlong, the phase one mining plan will cost more than $5 billion. However, the Chinese private conglomerate, with a wide portfolio including resource mining, pharmaceuticals and real estate, is still in the process of taking over Sundance.
Sundance disclosed on December 13 that Hanlong had postponed the long-delayed $1.4 billion acquisition deal because China Development Bank, which had previously agreed to provide up to $1.02 billion in funding, requested further information.
"Teaming up with fund-efficient SOEs can help provide financial support to Hanlong," Wang Guoqing, a researcher at Lange Steel Information Research Center, told the Global Times Thursday, noting that Chinese banks will be more willing to provide financial assistance to Hanlong if it sets up a partnership with SOEs.
Moreover, Wang said, establishing partnerships with SOEs can help reduce risk for the project, considering the many problems that may arise for Chinese companies in overseas resource mining, including infrastructure bottlenecks, political issues, and workers strikes, because otherwise, Hanlong would be totally on its own.
Several Chinese companies have encountered difficulties in operating overseas mining projects in recent years due to such issues.
The State-owned Metallurgical Corporation of China Ltd earlier this month decided to shelve its $3 billion iron ore project in Australia due to rising costs.
Media reports said in October that Hong Kong-based CITIC Pacific Ltd did not even start production at its two mines in Australia after investing enormously in them since 2006
But an insider from the steel industry told the Global Times on condition of anonymity that as long as China's economy continues to grow, iron ore, viewed as a strategic asset, will be needed for the country's development.
Companies trying to develop overseas mines will have big business opportunities in the future, the insider said.
Statistics from China Iron and Steel Association shows that China this year relied on imports to meet about 60 percent of its demand for iron ore.


Read the original article





Cameroun : signature de la convention minière pour l'exploitation du minerai de fer de Mbalam




Une étape significative a été franchie dans l'exploitation du minerai de fer de Mbalam au Cameroun avec la signature jeudi soir à Yaoundé de la convention minière entre les autorités du pays et la compagnie Cam Iron, opérateur de ce projet censé produire 35 millions de tonnes par an, pendant 25 ans, pour un investissement global de 8,7 milliards USD.

La signature de cette convention après neuf ans de négociations récentes, selon le secrétaire général des services du Premier ministre camerounais, Louis Paul Motaze, marque le début de l'aboutissement d'un processus entamé en 2005 avec la délivrance à la société Cam Iron, filiale du groupe australien Sundance Resources Ltd, d'un permis de recherche renouvelé deux fois.

Localisé à Mbarga, localité de l'est du Cameroun proche de celle de Mbalam qui en est l'appellation officielle, le minerai en voie d'extraction couvre un spectre large s'étendant jusqu'à Nabeba, au nord du Congo-Brazzaville, ce qui en fait un projet transfrontalier, a rappelé le ministre des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique, Emmanuel Bondé.

Ainsi, a alors expliqué celui-ci, « Cam Iron devra produire et exporter pendant 25 ans, 35 millions de tonnes par an de produit de haute qualité, issu des minerais de fer, dont un tiers provenant des gisements de Mbalam au Cameroun et deux tiers du gisement de Nabeba au Congo ».

Selon lui, « les réserves du minerai de fer riche (DSO) de Mbarga, bien qu'importantes, sont riches en silice alors que le DSO de Nabeba est plutôt riche en aluminium. Dans l'un et l'autre cas, le mélange des deux minerais s'avère nécessaire, en vue d'en accroître la valeur commerciale ».

D'après les projections, l'exploitation du minerai riche devra durer dix ans. Pour le minerai à faible teneur en fer, il est question qu'il soit enrichi pour pouvoir être commercialisé.

« Ceci va nécessiter une offre en énergie électrique importante, pour assurer le fonctionnement de l'unité d' enrichissement. Dans cette perspective, il est envisagé la construction d'une centrale hydroélectrique d'une capacité de 350 MW sur le fleuve Dja », fait encore savoir le ministre Bondé.

« C'est également un projet intégré qui comprend trois grandes composantes, à savoir une mine, un chemin de fer long de 510 km entre Mbalam et Kribi (ville balnéaire du Sud du pays où se construit un port en eau profonde sur financement chinois, NDLR), ainsi qu'un terminal minéralier au port de Lolabè à Kribi », poursuit-il.

La construction du chemin de fer Mbalam-Lolabè sur une distance de 376,6 km figure parmi les priorités du gouvernement camerounais en matière d'infrastructures de transport pour 2013- 2015 contenues dans le programme économique, financier, social et culturel présenté par le Premier ministre, Philemon Yang, à l' Assemblée nationale lundi à Yaoundé.

A partir d'un autre chemin de fer de 70 km reliant Nabeba et Mbalam, Cam Iron envisage aussi de faire passer par le Cameroun, le minerai extrait du Congo.

Le projet pourrait générer plus de 50.000 milliards de francs CFA (100 milliards USD), à en croire les études. A Mbalam, il couvre une superficie de 783 km2, pour une masse de fer attendue 200 milliards de tonnes dont 150 milliards de tonnes de minerai riche.

Il comporte deux phases d'exécution. D'un investissement d' environ 5 milliards USD, la première concerne l'exploitation du minerai riche pendant les dix premières années, sur une cadence de 35 millions de tonnes par an dont 12 millions de tonnes à Mbalam et 23 millions de tonnes à Nabeba.

Quant à la seconde phase, qui absorbera les 3,7 milliards USD restants sur les 8,7 milliards USD du financement total, elle sera consacrée à la mise en service de l'usine d'enrichissement à la onzième année d'exploitation pour la valorisation du minerai de fer pauvre et l'exploitation du fer enrichi, soit 20 millions de tonnes par an.

Sur les financements prévus et annoncés jusqu'à 2.500 milliards USD devant couvrir toutes les activités envisagées, une enveloppe de 112 millions USD devra être allouée pour le bitumage d'une route qui devra également relier Mbalam et au port de Kribi à Lolabè, dès la fin des travaux de construction de la mine.

Une grande attention est accordée aux populations riveraines à travers le prélèvement de 0,75% (même prélèvement pour le Fonds spécial de développement de l'Este et du Sud, au titre de la commission de la société de commercialisation du minerai) des profits nets après impôts de chaque société du projet pour le financement à long terme du Fonds de soutien aux communautés.

Ces dernières devront en outre bénéficier de deux autres allocations spécifiques de 7.000 USD par an dès le début des travaux de construction de la mine pour les projets communautaires et de 800 millions USD pour la construction des infrastructures de base, pendant cinq ans, dont 100 millions USD accordés par Cam Iron et 700 millions USD de la part de l'Etat.

Le projet de Mbalam est présenté comme le deuxième plus grand d'Afrique (après celui développé en Guinée-Conakry) et le quatrième au monde. La disparition des anciens patrons de Sundance dans un crash d'avion au Congo lors d'une mission en 2010 avait retardé l'évolution du dossier.

A partir de la signature de la convention minière jeudi en présence des responsables du groupe chinois Honlong, partenaire financier, et de China Development Bank, en plus des nouveaux patrons de Sundance, Cam Iron dispose de dix-huit mois pour boucler le financement et prétendre à l'obtention du permis minier, a dit le ministre des Mines.

Ces sera le troisième permis minier octroyé par les autorités camerounais, après celui délivré en 2003 aux Américains de Geovic pour l'exploitation d'un gisement de cobalt-nickel-manganèse à l' Est également et celui de C&K Mining en 2010 pour le minerai de diamant dans la même région.

D'après Bruno Pennetier, directeur pays de Cam Iron interrogé par Xinhua, « les Chinois sont très intéressés. C'est essentiel pour nous d'avoir ce type de partenaires ». De son côté, Serge Asso'o, autre responsable de cette entreprise, a annoncé « le financement chinois quasiment acquis ». F
Agence de presse Xinhua     2012/11/30
Lire la suite





Mbalam Convention Signed with Cameroon Government


Agreement paves way for Cameroon s first mine, rail and port iron ore project, while marking another milestone on path to completion of Hanlong deal Sundance Resources Limited (ASX: SDL) ( Sundance or the Company ) is pleased to advise that the Government of Cameroon has today officially paved the way for development of the Company s Mbalam Iron Ore Project by signing the Mbalam Convention.
 
The Convention also means that Sundance has taken another significant step towards completion of its Scheme Implementation Agreement with Hanlong Mining. The Convention, which was signed in a ceremony in the Cameroon capital of Yaounde, underpins the agreement between Sundance subsidiary Cam Iron SA and the Government outlining the fiscal and legal terms and the conditions to be satisfied by Cam Iron SA for the development and management of the Mbalam Iron Ore Project. The Convention, with a number of other conditions including endorsement by the Cameroon National Assembly, will lead to the Mining Permit and commencement of construction.

Sundance Chairman George Jones said the signing of the Convention was an historic event for the people of Cameroon, for Hanlong and Sundance, all of whom had worked extremely hard together to advance the Project to this stage. Sundance has been active in Cameroon since 2006 and especially are thankful to His Excellency President Biya for his ongoing support of this Project which is set to be a world-class iron ore operation. The people of Cameroon will benefit from the economic and social benefitswhich will flow from their Government s support for this project, Mr Jones said. Sundance CEO and Managing Director Giulio Casello also expressed his appreciation to the Prime Minister Philemon Yang for the effort that has gone into developing this Convention. Sundance s success to date is the result of what has been an extraordinary team effort across all divisions in the Sundance and Cam Iron team, Hanlong as well as from the Inter-ministerial Steering Committee under the leadership of Minister Motaze. We e delighted to be celebrating together today this milestone accomplishment which was achieved through a collaborative approach. We look forward to continuing our strong working relationship with the Government of Cameroon as we move forward in the development and construction phase of the Mbalam Project.

info@sundanceresources.com.au





Cobalt, manganèse, nickel : Geovic tarde à lancer l'exploitation

Cobalt, manganèse, nickel : Geovic tarde à lancer l'exploitation

(Investir au Cameroun) - En dépit d'un grand potentiel, les ressources camerounaises en termes de cobalt, nickel et manganèse sont encore inexploitées et même, pour certaines zones, encore inexplorées.
Depuis l'attribution du permis d'exploitation du cobalt, nickel et manganèse à la société américaine Geovic Cameroun PLG en 2003, l'exploitation de ces minerais n'a pas toujours commencé. Les réserves mises en évidence sur une partie du gisement sont de l'ordre de 100 millions de tonnes de minerai à 0,2% de cobalt, 0,72% de nickel et 3,71% de manganèse. La SNI (Société nationale d'investissement du Cameroun) détient 20% de parts d'actions de Geovic, 19,5% pour un groupe d'actionnaires camerounais et 0,5% pour William A. Bukovic, le président de Geovic Mining Corporation. La SNI et l'Etat du Cameroun y ont déjà investi environ 20 milliards de FCfa.
Quelques doutes sur Geovic
En avril 2011, Geovic avait présenté son étude de faisabilité bancable validée par son conseil d'administration. Il était alors prévu la levée de financement, le démarrage de la construction de la mine dès septembre 2011. Mais, un blocage est observé. L'ancien ministre en charge des Mines, Badel Ndanga Ndinga, avait tenté d'en expliquer à Cameroun Tribune les raisons. « Geovic, lorsqu'elle introduit sa demande d'exploitation, elle le fait sur la base d'une étude de faisabilité et des réserves qui ne sont pas démenties aujourd'hui. C'est la preuve que la société avait réellement les capacités techniques pour mettre le gisement en exploitation. Ceci dit, il peut y avoir un problème de financement, mais il n'appartient pas qu'à Geovic tout seul. L'Etat du Cameroun à travers la SNI, contrôle 39,5% du capital de la société. Geovic a en fonds propres 20 %, et des privés nationaux que la SNI porte ont 19,5 %. Lorsqu'on fait des appels de fonds, il faut bien que quelqu'un paye. Or, je crois qu'aujourd'hui, tous les appels de fonds n'ont pas été honorés. Donc, nous sommes aussi en partie responsables du retard dans le démarrage du projet », expliquait-il.
A ce jour, les informations sur son démarrage qui devait commencer en 2012 ne sont confirmées ou infirmées. En réalité, l'organisation structurelle de Geovic sur le plan national et international laisse sceptique certains acteurs.
Encore de nombreux gisements à évaluer
Au Cameroun, les gisements latéritiques de cobalt, nickel, manganèse au Nord-est de Lomié dans les localités de Kongo, Mang Nord et Sud, Masséa, Kondong ont été mis en évidence par les travaux du projet minier Sud-est Cameroun dans le cadre d'une collaboration avec les Nations Unies.
Selon le Cadre d'appui et de promotion de l'artisanat minier (Capam), ces gisements occupent une superficie cumulée de 240 km2, mais une évaluation avec sondage sur une superficie de 8,5 km (représentant 5% de tous les gisements de la localité) au plateau Nkamouna, a révélé, dans le cadre des travaux du PNUD, un potentiel considérable de cobalt métal pour cette petite superficie, accompagné d'un tonnage appréciable en nickel, en manganèse et en cobalt.
Selon le ministère en charge des Mines, la production annuelle de Geovic pourrait s'articuler ainsi : 4 160 tonnes de Cobalt, 3 280 tonnes de Nickel, 450 000 tonnes de Manganèse, 4 000 tonnes de Scandium.
A côté de ce potentiel non exploité, cinq autres indices de cobalt sont identifiés notamment ceux de Ngoïla et de Mbalam. Au delà du nickel associés au gisement latéritique de cobalt/nickel/ manganèse de Lomié, le Capam a identifié (27 autres indices de nickel dans les sillons ferrifères des régions du Sud et de l'Est, notamment dans les localités de Yokadouma et de Mbalmayo-Mbengbis, reconnues volcano-sédimentaires. Des zones où une exploration poussée de la part des investisseurs ne serait pas superflue.

BOD

Lire l'article original

Le Cameroun veut être le premier producteur africain de bauxite

Le Cameroun veut être le premier producteur africain de bauxite

(Investir au Cameroun) - Selon le gouvernement camerounais, le potentiel bauxitique du Cameroun occupe le cinquième rang mondial.

Le pays fonde beaucoup d'espoir sur l'exploitation de la bauxite, notamment, la bauxite de Ngaoundal et de Minim Martap dans la région de l'Adamaoua. La société Hydromine inc qui a obtenu le permis d'exploration des deux gisements en 2005 l'a cédé à Cameroun Alumina Limited (CAL) en août 2009. Cameroon Alumina Limited est une co-entreprise de Dubaï Aluminium (45%) et de l'indienne Hindalco (45%), associées pour 10% à l'américaine Hydromine.

D'après les résultats des travaux d'exploration, les réserves de bauxite sont estimées à 554 millions de tonnes. Les réserves exploitables, elles, sont évaluées à 458 millions de tonnes de minerai, alors que CAL estime que des réserves additionnelles de 100 à 200 millions de tonnes pourraient également être définies. Ce qui fait que CAL envisage une exploitation de 1,5 million de tonnes de bauxite par an, faisant ainsi du Cameroun le premier producteur africain, devant la Guinée Conakry qui produit 700 000 tonnes.

Six milliards de dollars
Selon le gouvernement camerounais, le coût total du projet est évalué à six milliards de dollars (100 millions de dollars sont prévus pour la fraction mine et 4 milliards de dollars pour la raffinerie).

L'entreprise a demandé un permis d'exploitation et attend des négociations en vue de l'obtention de la convention minière. Les discussions achoppent sur la construction du chemin de fer devant permettre l'acheminement de la bauxite au port de Kribi. Car, dans le plan de financement de CAL, la construction des infrastructures n'est pas inclue.

L'entreprise veut que ces rails soient réalisés par l'Etat du Cameroun. Alpha Barry, le représentant du projet au Cameroun, avait affirmé que l'entreprise avait consenti à réaliser les études pour ces infrastructures. « CAL endosse les dépenses liées aux études de faisabilité bancables des infrastructures de transport à construire et après, on cherche un partenaire pour libérer les fonds à des coûts favorables », avait-il confié à Cameroun Tribune en 2010.

D'autres sites à valoriser
A Fongo Tongo près de Dschang, dans la région de l'Ouest, il existe 46 millions de tonnes à une teneur moyenne de 47% d'alumine. Les études sont encore en cours pour déterminer le coût du projet. Dans la région du Sud-Ouest, les réserves du gisement de Banguem sont estimées à 19 millions de tonnes, extensibles à 30 millions de tonnes. Une autre réserve de quatre millions de tonnes est située à Foumban dans la région de l'Ouest, affirme le Capam.


BOD



Fer : le Cameroun est bâti sur du solide

Fer : le Cameroun est bâti sur du solide

(Investir au Cameroun) - Trois grands gisements de fer sont en cours d’évaluation : Mbalam, Nkout et Kribi. On sait déjà que le potentiel de ces trois zones peut déjà faire du Cameroun un grand producteur de fer à l’échelle mondiale.
Selon les données publiées par l’entreprise australienne Sundance Ressources le 20 juin 2012, les gisements de Mbalam en hématite représentent 775.4 millions de tonnes avec 57,2% de fer. D’après l’entreprise, 95% de ce gisement est classé comme « indiqué » en conformité avec le code JORC (Joint Ore Reserves Committee), qui fait partie des normes internationales pour l'estimation et le ciblage les plus exacts d'un gisement.

Mbalam en cours de négociations
Cependant, d’après les données du Ministère camerounais en charge des mines, les réserves de la mine de fer de Mbalam sont estimées à 200 millions de tonnes de fer riche et 1,2 milliard de tonnes de fer enrichi. Aussi, pour y voir plus clair, le gouvernement s’est attaché les services de trois cabinets de réputation internationale qui l’aideront aussi à négocier la convention minière avec Sundance Ressources et sa filiale camerounaise, Cam Iron SA. Il s’agit de BMCE Capital pour l’Afrique centrale, Patton Boggs et de SRK Consulting.  Les négociations se tiennent en ce moment.
Le calendrier de mise en œuvre du projet sera élaboré après la signature de la convention minière, préalable à l’attribution d’un permis d’exploitation, signé par le président de la République.
Selon le ministère de l’Economie, de la Planification, et du Développement du territoire (Minepat), le coût total du projet est estimé à 1 650 milliards de F.Cfa. Le même ministère affirme que les financements sont à rechercher. « Les différentes parts de financement s’élèvent à : 80 % par la société australienne Sundance Ressources ; 10% par CAMIRON et les partenaires camerounais et 10% par l’Etat camerounais », indique-t-on du côté du Minepat.

Fer de Nkout, vaste gisement en cours d’évaluation
A côté du fer de Mbalam, il y a le gisement de fer de Nkout, une localité située à une vingtaine de km de Djoum, dans la région du Sud Cameroun. Il présente le même environnement géologique (craton du Congo)  que le gisement de fer de Mbalam. C'est-à-dire la ceinture de formations ferrifères comprenant les gisements de fer du Gabon et du Congo.
C’est la société Cameroon Mineral Exploration (Caminex), la filiale camerounaise du groupe anglais Affero Mining qui va l’exploiter.
Selon Caminex, le gisement de fer de Nkout, serait plus important que celui de Mbalam. Le ministre en charge des Mines, Emmanuel Bonde, affirme que les travaux du permis de recherche dénommé Djoum 3 appartenant à Caminex ont déclaré des réserves de près de deux milliards de tonnes de minerai de fer de moyenne teneur ou quartzite à magnétite.
Pour boucler les études géologiques, les études préliminaires économiques, les études de préfaisabilité économique et les études de faisabilité définitives, les administrateurs de Caminex ont approuvé en décembre 2011, une allocation de fonds supplémentaire de 115 millions de dollars, soit environ 57,8 milliards de FCfa. Le montant global de financement de ce projet n’est pas encore défini.

Fer de Kribi
Parmi les projets d’exploitation de fer au Cameroun figure aussi le fer des Mamelles près de Kribi. Un permis de recherche a été octroyé le 22 mars 2008 à la société SINOSTEEL CAM S.A, filiale de la société d’Etat chinoise SINOSTEEL, sur une superficie de 978,3 km2. Ici, les études sur 50% du site font ressortir un potentiel de 661 millions de tonnes avec une teneur de Fe de 37%. Les estimations totales devraient être connues cette fin d’année 2012.


BOD


Lire l'article original


Cameroun : un sous-sol en or

Cameroun : un sous-sol en or

(Investir au Cameroun) - Le Cameroun est un pays riche en or. Pour le moment, l’or n’est pas encore produit de manière industrielle, mais l’exploitation artisanale bat son plein.

Selon les estimations du Cadre d’appui et de promotion de l'artisanat minier (Capam), le Cameroun va produire de manière artisanale pendant la période 2010 - 2015, 16 653,3 Kg d’or. La production artisanale en 2012 est estimée à 224,8 kg.

Stimuler l’esprit d’entreprenariat
Au ministère en charge des Mines, l’on affirme que, dans le cadre du développement du secteur minier, le code minier prévoit des autorisations d’exploitation artisanale qui sont exclusives, au même titre que les autres titres miniers. Ceci dans le but de stimuler l’esprit d’entreprenariat de l’artisan et d’accroitre ses revenus. Pour le moment, seule C and K Mining dispose d’un permis d’exploitation industrielle de l’or. Elle n’a pas encore démarré la production. Mais, avec la mécanisation plus poussée de l’artisanat minier, de nombreuses sociétés commencent à s’y intéresser. Dans la seule localité de Bétaré-Oya, dans la région de l’Est, principale région productrice de l’or, huit sociétés sont sur le terrain. Plusieurs parmi elles déclarent en moyenne l’exploitation de 10 kg par mois, apprend-on du côté du Capam.

Canaliser la production vers les réserves nationales
Selon le Capam, au moins 140 cibles aurifères sont identifiées au Cameroun, la majorité faisant l’objet d’une exploitation artisanale. L’or produit de manière artisanale ne suit pas toujours les circuits formels. Sur les 100 kg produits chaque mois, 90 kg vont dans les poches des trafiquants. D’où l’Opération Gold que le Cameroun a lancée en 2011 en collaboration avec les forces de l’ordre pour canaliser cette production et renforcer les réserves d’or du Cameroun à la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale. L’estimation de la production nationale mensuelle est de 170 kg. Avec cette opération Gold, le Capam envisage de sécuriser 100 kg de cette production, avec l’appui des forces de défense.  
Selon le ministère en charge de la Planification du développement, les études sont en cours afin d’évaluer le grand potentiel aurifère du Cameroun. Mais, l’exploitation artisanale est effective dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua, de l’Extrême nord, du Nord et du Sud.
Les réserves d’or s’étendent sur une superficie de 20 000 km2, d’après le gouvernement.

BOD







Cameroun : un potentiel diamantifère brillant

Cameroun : un potentiel diamantifère brillant

(Investir au Cameroun) - Officiellement, la production artisanale de diamant alluvionnaire se situe autour de cinq millions de carats par an, alors qu’on évalue encore la quantité réelle du diamant conglomératique.
L’affaire a fait grand bruit dans le secteur minier. L’entreprise coréenne C and K Mining avait déclaré que le Cameroun disposait de la plus grande réserve mondiale de diamant (736 millions de carats). Des chiffres qui ont créé une polémique car les affirmations de C and K Mining n’étaient pas fondées sur des études sérieuses. Les autorités camerounaises elles-mêmes éprouvent des difficultés à dire quel est potentiel diamantifère réel du Cameroun. Mais, officiellement, on parle d’un potentiel de cinq millions de carats de diamants alluvionnaires et un potentiel de diamant conglomératique à déterminer. C’est pourquoi le pays a engagé des études pour déterminer son potentiel réel, notamment à Mobilong où un permis d’exploitation est attribué à C and K Mining, une joint-venture entre une société sud-coréenne et le gouvernement camerounais.

Quelques certitudes
Le 21 août 2012, le ministre des Industries, des Mines et du Développement technologique, Emmanuel Bonde, affirmait que « notre gisement se trouve entre la République centrafricaine et la République du Congo. Deux pays producteurs de diamant. La présence du diamant alluvionnaire dans cette zone est un indice de l’existence d’un stock important. En attendant l’aboutissement des recherches dans le bloc indiqué, il n’y a pas de doute sur l’existence d’une quantité exploitable. Si cette quantité n’était pas importante, je n’aurais pas vu les entreprises courir avec autant de conviction. Je voudrais rassurer les Camerounais sur l’existence du diamant et sur la qualité de ce diamant ».
Pour plus de précision, Jean Kisito Mvogo, le secrétaire national permanent du processus de Kimberley, indique que « les experts du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières, ndlr) ont mené des études qui ont abouti à la mise à jour de 41 occurrences où l’exportation artisanale du diamant a lieu. L’étude sur ces occurrences d’exploitations artisanales a abouti à une évaluation sommaire située entre trois millions et cinq millions de carats de diamants alluvionnaires. L’exploration se poursuit et nous n’avons aucune connaissance sur du potentiel conglomératique ». Jean Kisito ajoute qu’il est fort probable de retrouver du diamant dans plusieurs autres régions du pays où des études n’ont pas encore été effectuées.

17 cibles de diamant
Du côté du Cadre d’appui et de promotion de l'artisanat minier (Capam), l’on précise que 17 cibles de diamant ont été identifiées à ce jour au Cameroun  : neuf cibles à l’intérieur du vaste couloir aurifère qui intègre l’ouest de la République Centrafricaine, le sud du Tchad, et les régions camerounaises de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord, de l’Extrême-Nord et parmi lesquels sept dans les arrondissements de Kétté, Ndélélé, Kendjou (Région de l’Est) ; sept cibles se trouvent dans les arrondissements de Moloundou (Monguele, Kandja, Lobéké) et de Yokadouma (séries géologiques du Dja inférieur contenant le gisement diamantifère de Mobilong, qui sera exploité par C and K Mining). La dernière cible s’étend sur 15 km dans l’arrondissement de Touboro.
Par ailleurs, dans l’arrondissement de Poli (Région du Nord) et dans le bassin de Mamfé (Région du Sud-ouest) des indices ont été découverts. Toutes des zones où les potentiels investisseurs pourraient explorer.

Exploitation artisanale
Jusqu’ici au Cameroun, l’exploitation du diamant se faisait de manière artisanale et illégalement. « En ce moment, la production artisanale se situe autour de 5000 carats par an », confie le secrétaire national permanent du processus de Kimberley. « Un potentiel modeste, mais suffisamment important pour apporter le bien-être au Cameroun et justifier notre adhésion au processus de Kimberley », indique-t-il. Mais, l’on ne dispose pas de chiffres précis comme le laisse entendre Jean Kisito Mvogo : « Bien sage est celui qui peut se lancer dans une telle investigation avec les références statistiques. A ce jour, nous savons que le diamant a été mal exploité et prenait des circuits mafieux. Quand il était mal vendu, il était peu exploité ».
A défaut d’exploitation industrielle qui n’a pas encore débuté, l’exploitation artisanale bat son plein. De 2010 à 2015, le Cameroun entend ainsi récolter 31 200 carats de diamants, selon les estimations fournies par le Cadre d’appui et de promotion de l'artisanat minier (Capam), qui pilote en ce moment le Programme d’appui aux activités minières. C’est la région de l’Est qui est la plus productrice. L’on y retrouve actuellement sept sites miniers et 81 postes miniers, selon le Capam. En 2012, cinq sites miniers et deux postes miniers seront ajoutés à ces acquis.  

Commercialisation
Le Cameroun a déjà fixé les modalités de commercialisation du diamant. Le ministre en charge des Mines a signé en juin 2012 un arrêté à cet effet.
D’après cet arrêté,  « l’importation, l’exportation, le transit et la commercialisation du diamant brut font l’objet d’une autorisation préalable du ministère chargé des Mines. De ce fait, l’importation et l’exploitation du diamant brut ne sont autorisées qu’avec les pays participants au processus et en conformité avec les principes et recommandation du système de certification dudit processus ».
« Tout exportateur de diamant évalue son produit devant le bureau d’évaluation et d’expertise des diamants qui lui délivre le certificat de Kimberley de l’Etat du Cameroun. Le produit est alors disposé en lots dans un conteneur inviolable portant le sceau du secrétariat national permanent. Pour des raisons de traçabilité, tout titulaire d’une autorisation de commercialisation de diamant brut doit tenir à jour un carnet de reçu précisant son nom, les référant de sa carte d’artisan ou de collecteur, la date de la transaction, le poids en carats de diamants, et la valeur payée », indique l’arrêté.
Tout est donc en place pour permettre l’exportation du diamant.


BOD


Lire l'article original


De l’or, du diamant, du fer et de la bauxite enterrés au Cameroun

De l’or, du diamant, du fer et de la bauxite enterrés au Cameroun

(Investir au Cameroun) - A ce jour, le gouvernement camerounais veut exploiter ses ressources minières pour atteindre le statut de pays émergent en 2035, comme indiqué dans son document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE).
De 1960 à 1990, le gouvernement camerounais, en collaboration avec les instances de renommée internationale comme le Pnud et le Bureau de recherche géologiques et minières (Brgm), a mené des études pour retracer le potentiel minier camerounais. Les résultats de ces études, de même que les 167 permis de recherche déjà octroyés à ce jour, démontrent les richesses du sous-sol camerounais. Mais, les données minières jusqu’ici disponibles ne concernent que 50% du territoire national, d’après le ministère en charge des Mines. C’est dire qu’il y a encore d’énormes ressources minières à découvrir au Cameroun.
Mais déjà,  il est mis en évidence, après évaluation même partielle, qu’au moins 52 types de ressources minérales ou cibles minières, avec niveau de connaissances permettant de les classer, sont identifiés au Cameroun.
Mais alors, comment comprendre que le Cameroun, malgré ces richesses, continue d’être un pays en voie de développement. En effet, on ne peut affirmer qu’en ce moment les mines sont exploitées au Cameroun de manière industrielle. « Je dois dire que le «scandale géologique» qu’on reconnaît au Cameroun est loin d’être slogan vain. Effectivement, le potentiel minier du Cameroun compte parmi les meilleurs. Il reste juste à mieux le valoriser pour pouvoir contribuer efficacement au développement de notre pays. Il convient de préciser qu’il existe plusieurs étapes entre le potentiel minier d’un pays et son développement par l’exploitation de ses ressources minières », confie Emmanuel Bonde, le ministre des Industries, des Mines et du Développement technologique au Quotidien de l’Economie.

Cinq projets déjà en cours
Qu’à cela ne tienne, bon nombre de projets miniers sont en cours au Cameroun. C’est ainsi qu’on peut relever les cinq permis d’exploitation minière déjà octroyés. Il s’agit du permis d’exploitation octroyé à la société Geovic pour l’exploitation du nickel, cobalt et manganèse à Nkamouna (Lomié) et celui octroyé à la société C and K Mining Inc pour l’exploitation du diamant et des substances annexes à Mobilong (Yokadouma). Par ailleurs, trois permis d’exploitation sont octroyés pour l’exploitation du calcaire et du marbre.
Mais, plusieurs autres entreprises sont en train de négocier les conventions minières avec l’Etat du Cameroun. On peut ainsi citer Cam Iron, filiale de l’australien Sundance Ressources pour l’exploitation du fer de Mbalam et Cameroon Alumina Limited qui va exploiter les gisements de bauxite de Mini Martap et Ngaoundal (Adamaoua).
Pour la signature des conventions minières avec ces deux entreprises, préalables à l’institution de leurs permis d’exploitation par le président de la République, le Premier ministre a mis en place deux comités qui vont se charger des négociations. Ils travaillent en ce moment sur ces différents dossiers.

Or, rutile, uranium
D’après le ministère en charge des Mines, les projets ci-dessus cités ne sont pas les seuls. Il y a aussi le fer des Mamelles près de Kribi; le fer de Nkout (Djoum); le rutile d’Akonolinga; le calcaire de Mintom, l’or dans les régions du Sud et de l’Est ; l’uranium à Poli et Lolodorf qui seront bientôt exploités.

Beaugas-Orain Djoyum

Lire l'article original




Cameroun : l’Etat va désormais empocher 30% de l’exploitation des ressources minières

Cameroun : l’Etat va désormais empocher 30% de l’exploitation des ressources minières
    (Investir au Cameroun) - En visite dans la région de l’Est, zone la plus riche du Cameroun en ressources minières, le ministre en charge des Mines, Emmanuel Bonde, de concert avec les exploitants miniers, a décidé de modifier la taxe que ces derniers doivent verser à l’Etat. Il a proposé à ceux qui s’engagent dans l’exploitation semi-industrielle des mines une nouvelle clé de répartition des ventes.
    « Sur ce qu’ils vont exploiter, ils retiennent 60%. Ils paient 30% à l’Etat et les 10% qui restent sont repartis pour les bénéfices de la collectivité (municipalités, les riverains et tout ce qui est la responsabilité sociale). Nous devons dire que nous sommes contents que ces gens aient accepté. Parce que nous aurions pu aller loin : l’Etat est le propriétaire des ressources minières. (…) Cela a été accepté et nous allons rapidement le mettre en vigueur », explique le ministre à Cameroon Tribune ce lundi, 29 octobre 2012.
    Le ministère des Finances sera mis à contribution pour la concrétisation de cette mesure qui sera intégrée dans les recettes de l’Etat au titre de l’exercice budgétaire 2013. « Une mesure sera prise en accord avec la haute hiérarchie dans les prochains jours », promet Emmanuel Bonde.
    Par ailleurs, dans le cadre de l’exploitation artisanale des minerais, le ministère a suspendu les contrats de sous-traitance que les exploitants ont signés avec des tiers. « L’artisan minier paie une taxe légère qu’on appelle la taxe superficielle qui ne fait pas dix millions. Elle représente environ trois millions seulement. En revanche, le contrat sous-traité par des gens qui viennent de l’ombre rapporte à ces derniers des milliards », constate le ministre.
    Taxe ad valorem
    La nouvelle clé de répartition viendra probablement modifier le décret d'application N° 2002/648/PM du 26 mars 2002 fixant les modalités d'application de la loi N°001 du 16 avril 2001 portant code minier.
    C’est ce texte qui fixe les conditions de partage des revenus issus de l'exploitation artisanale minière et de l'exploitation industrielle des mines et des carrières.
    Selon le décret d'application du code minier, il existe deux taxes : la taxe à l'extraction des substances de carrière et la taxe ad valorem, une taxe proportionnelle à la valeur des produits extraits.
    Pour ce qui est de la taxe ad valorem, le décret d'application du code minier stipule que cette taxe est calculée sur la base de la valeur taxable des produits sur le carreau de la mine, prêts à l'expédition, à partir des renseignements, contrats et pièces justificatives que chaque redevable se doit de fournir à l'administration compétente pour les besoins de sa détermination. Elle est payée mensuellement par les titulaires d'autorisation ou de permis d'exploitation minière.
    Selon l'article 144 de ce décret, cette taxe est fixée ainsi qu'il suit :
    • Pierres précieuses (diamant, émeraude, rubis, saphir) : 8% ;
    • Métaux précieux (or, platine etc..) : 3% ;
    • Métaux de base et autres substances minérales (fer, nickel, bauxite, etc.): 2,5% ;
    • Gîtes géothermiques, eaux de source, eaux minérales et thermo minérales : 2%.
    Avec la nouvelle répartition, l’Etat gagnerait probablement davantage.

    Beaugas-Orain Djoyum


    Lire l'article original



    Hanlong lève 1,460 milliard de dollars dans les banques chinoises pour le rachat de Sundance Ressources

    Hanlong lève 1,460 milliard de dollars dans les banques chinoises pour le rachat de Sundance Ressources

    (Investir au Cameroun) - La Cour fédérale australienne a approuvé ce 9 novembre 2012 la prochaine tenue, le 14 décembre 2012 à Perth, en Australie, du conseil d’administration de Sundance Ressources pour voter le contrat de cession de l’entreprise à Hanlong Africa Mining (Ltd) et ainsi finaliser le processus de vente de Sundance.
    Tous les financements sont réunis par Hanlong. Après la China Development Bank le 22 octobre dernier, la China Everbright Bank Co., Ltd, la 14ème banque chinoise, a accordé 438 millions de dollars à Hanlong, engagée dans le processus d’acquisition de Sundance Ressources. L’entreprise australienne l’a annoncé le 5 novembre dernier sur son site web.
    Ce financement vient compléter les 1,022 milliard de dollars déjà acquis de la China Development Bank. Au total, Hanlong dispose de 1,460 milliard de dollars pour le rachat de Sundance. Ce qui va au-delà du montant exigé par Sundance pour céder 100% de l’entreprise à Hanlong.
    Le 24 août dernier, Sundance Ressources avait accepté l’offre révisée de Hanlong d’acquérir 100% de l’entreprise pour 0,45 dollars australiens par action. Soit environ 1,4 milliard de dollars (720,9 milliards de FCfa).
    Sundance invite donc ses actionnaires à voter le 14 décembre prochain pour la cession de l’entreprise à Hanlong. L’entreprise relève d’ailleurs que les experts du cabinet Ernst and Young ont conclu dans un rapport que cette opération présente des meilleurs intérêts pour les actionnaires de Sundance.
    Actionnaire majoritaire de Cam Iron Sa, Sundance va exploiter les gisements de fer de Mbalam au Cameroun. D’après l’entreprise australienne, les réserves en hématite de Mbalam sont de 775.4 millions de tonnes avec 57,2% de fer. 95% de ce gisement serait classé comme « indiqué » en conformité avec le code JORC (Joint Ore Reserves Committee), qui fait partie des normes internationales les plus reconnues pour l'estimation et le ciblage les plus exacts d'un gisement.

    Beaugas-Orain Djoyum




    300 milliards de pertes dues aux fraudes dans l’exploitation minière tous les ans



    C’est l'avis d'experts du domaine qui se sont récemment penchés sur le sujet.

    Les mines, tout comme le tourisme, sont deux secteurs dans lesquels la richesse et le potentiel naturels du Cameroun sont avérés. Pourtant, ils représentent des poids plume dans l’économie nationale. En effet, le secteur des mines -dont les recherches n’ont couvert que 40% du territoire national- contribue à moins de 1% au produit intérieur brut (Pib) du pays. C’est que l’exploitation minière, pendant longtemps, s’est déroulée dans des circuits informels. En effet, en ce qui concerne la mine solide, une intense activité d’exploitation d’or se fait dans les régions de l’Est, du Sud, de l’Adamaoua et du Nord à travers l’artisanat minier. Des chiffres fournis par le Cadre d’appui et de promotion de l’artisanat minier (Capam) font état d’une production d’or mensuelle canalisée de 200 kg, dont plus de 95% dans les circuits clandestins des trafiquants. Et de l’avis des experts, les pertes occasionnées par cette exploitation frauduleuse se chiffrent à 300 milliards de F par an. Toujours d’après le Capam, la contribution significative de la mine solide au budget de l’Etat (plus de 5 milliards de F) est attendue dans la période transitoire de six mois allant du 15 octobre 2012 au 15 avril 2013.
    A l’image de la récente descente du ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt) Emmanuel Bonde, dans la région de l’Est qui s’est conclue par l’annulation des contrats de sous-traitance, plusieurs autres actions sont en cours pour remettre de l’ordre dans l’exploitation minière. C’est dans ce sens que la réhabilitation du contrat harmonisé de partage de production est intervenue. D’après ce contrat, les gains pour le partenaire technico-financier sont évalués à plus de 72 millions de F par mois et l’Etat du Cameroun, autre partie prenante, en tirerait un peu plus de 990 millions de F par mois.
    Objectif : tirer le maximum de bénéfices des quantités extraites, ce qui n’est pas le cas actuellement. Il est attendu du projet d’exploitation de fer de Mbalam dans la région de l’Est, près de 2 000 milliards de F, en plus des retombées certaines sur les recettes fiscales, douanières et l’amélioration de la balance commerciale. Pour une production annuelle de 35 millions de tonnes de fer sur 10 ans. Mais, en attendant la convention minière qui déclenchera les travaux d’exploitation proprement dits, tout n’est que prévision. Il en sera de même pour le projet d’exploitation du diamant de Mobilong, du gisement de cobalt et de nickel de Nkamouna, les perspectives d’exploitation du rutile dans le Nyong et Mfoumou à Akonolinga, la cassitérite pour la production de l’éther à Mayo Darlé et le saphir dans la zone de Tignère.

    Emmanuel Bonde: « Il était impératif de renforcer le contrôle »
    Les explications du ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique.
    Monsieur le ministre, quel état des lieux pouvez-vous dresser sur l’exploitation minière au Cameroun aujourd’hui précisément en ce qui concerne l’or, le diamant et le mercure ?
    Le sous-sol du Cameroun, de par la diversité de ses formations géologiques, regorge d’importantes et intéressantes minéralisations qui font l’objet des activités de reconnaissance, de recherche et d’exploitation. A ce sujet, on distingue des métaux de base notamment le fer, l’aluminium, le manganèse, le cuivre… les pierres précieuses comme le diamant, le saphir, etc. Et des métaux précieux à l’instar de l’or ou le platine. A ce jour, l’exploitation de ces différents minerais se fait sous la forme artisanale ou industrielle. L’exploitation artisanale des substances minérales constitue le type d’exploitation le plus courant en ce qui concerne les minerais d’or et de diamant. Cette activité est exercée par des artisans ou paysans pour sa forme purement artisanale, sans mécanisation, ou en collaboration avec des partenaires technico-financiers. Cette dernière forme intègre plus de mécanisation à travers l’utilisation d’engins d’extraction et de traitement divers et constitue de véritables exploitations de petites mines. Dans ce dernier cas, 15 sociétés minières opèrent effectivement et sept sont en cours d’installation, soit un total de 22 structures.
    Permettez-moi de vous donner quelques statistiques par activité pour ce qui est de cette année. S’agissant de l’exploitation artisanale, nous avons octroyé 1248 autorisations pour 314 exploitants. Les bureaux de commercialisation de ces substances minérales sont au nombre de 60. 15 unités de fusion ont été autorisées à exercer leurs activités. Notre pays a jusqu'à présent enregistré 169 permis de recherche, pour cinq permis d’exploitation concernant notamment le marbre dans la région du Nord, le calcaire à Figuil, le Cobalt-Nickel de Lomié, le diamant et les substances connexes à Mobilong dans la région de l’Est. Enfin, 45 permis d’exploitation des carrières sont répartis sur toute l’étendue du territoire.

    Il y a quelques jours, vous avez annulé tous les contrats de sous-traitance dans la région de l’Est où ces activités sont plus implantées. Pourquoi ?
    Il faut tout d’abord signaler que l’Etat est le propriétaire de la ressource. Il fonde ses ambitions de développement sur l’exploitation et la bonne gestion de ces ressources naturelles. Face à la situation de désordre constaté, il était impératif de prendre des mesures pour renforcer le contrôle de l’exploitation desdites ressources minières. L’annulation de tous les contrats de sous-traitance a donc pour objectif de mettre de l’ordre dans le secteur de la mine artisanale, de garantir la transparence et le développement durable de ce secteur. Pour cela, chaque opérateur doit se conformer au statut que lui confère la loi, respecter les clauses du cahier de charges et les normes environnementales de l’exploitation minière en général et particulièrement artisanale et de la petite mine. En somme, c’est une mesure qui favorise la participation effective des recettes minières au développement économique de notre pays.

    Cette mesure suffira-t-elle à remettre de l’ordre dans ce secteur infesté de trafiquants de toutes sortes ?
    Cette mesure n’est que la première parmi tant d’autres. Nous allons poursuivre dans cette lancée en renforçant la traçabilité des produits issus de l’exploitation par l’institution du contrôle au niveau des sites afin de pouvoir déterminer les quantités de minerais extraites et leur destination. Notre action sur le terrain va prendre de l’ampleur avec l’entrée en jeu des brigades minières récemment créées par décret présidentiel. Nous allons également procéder à l’élaboration d’un fichier de tous les opérateurs miniers ou chaque artisan ou exploitant minier sera immatriculé et doté d’une carte de prospecteur. Enfin, nous allons nous inspirer du Processus de Kimberley pour l’extension d’une meilleure traçabilité à d’autres minerais (or, saphir) comme nous le faisons déjà avec le diamant. Ceci pourrait aussi aboutir à la mise en œuvre d’un processus de certification des substances susmentionnées. 

    A la même occasion, vous avez annoncé la création prochaine d’une société de gestion des mines solides. Dans quels délais sera-t-elle mise en place ?
    La très haute hiérarchie nous a instruit de soumettre à son approbation, dans les meilleurs délais, la structuration de ladite société. Une société dont les principales missions seront la gestion des intérêts de l’Etat et la pérennisation des activités minières pour un développement durable. En ce moment, nous sommes en train de finaliser ce dossier d’importance, le reste ne dépendra plus de notre compétence.
     
    Pourra-t-elle réparer tous les dégâts déjà causés ?
    Les missions de cette société sont spécifiques et vont dans le sens de faire du secteur minier un pilier important de l’économie camerounaise. Il s’agit donc globalement de mettre en œuvre un système permettant à l’Etat de maximiser ses intérêts dans l’exploitation des mines. Cette société contribuera à mettre sur pied des mécanismes permettant la maîtrise appropriée des processus d’exploration, d’exploitation, de traitement, de valorisation et de commercialisation desdits minerais. En outre, elle devra aussi procéder à l’actualisation de la cartographie minière, en vue d’une évaluation rigoureuse du potentiel minier existant et de la prospection de nouvelles ressources. Toutes choses qui visent à faire de ce secteur un précieux levier pour la relance économique, véritable axe fondateur de la politique de lutte contre la pauvreté. 

    En attendant, l’exploitation actuelle est-elle mieux canalisée ?
    L’exploitation actuelle, comme il a été soulevé plus haut, a connu beaucoup de soubresauts. Les mesures citées vont favoriser une meilleure visibilité du secteur afin d’accroître son taux de participation au PIB. Il est donc impératif que chacun se conforme au statut qui lui est attribué par la loi pour plus de transparence. L’Etat qui est le garant des intérêts de ses citoyens, jouera pleinement son rôle et usera de tous les moyens nécessaires pour empêcher non seulement l’exploitation abusive de ses ressources, mais également s’assurer que celles-ci profitent effectivement aux populations.

    Quel rôle jouera finalement le CAPAM dans ce processus ?
    Le CAPAM qui est le bras séculier de l’Etat sur le terrain pour ce qui est de l’artisanat minier, poursuivra ses missions d’encadrement des artisans miniers, de sensibilisation, de cartographie des sites d’exploitation artisanale, pour une meilleure gouvernance du sous-secteur de l’artisanat minier. 

    Que gagnerait le Cameroun à mieux organiser l’exploitation de ses minerais ?
    Toutes les actions entreprises convergent vers un même objectif, celui de faire en sorte que nos ressources minières contribuent effectivement à la croissance économique et à l’amélioration des conditions de vie des Camerounais. La loi portant code minier, dans son article premier, vise à favoriser et encourager la recherche et l’exploitation des ressources minérales nécessaires au développement économique et social du pays ainsi qu’à la lutte contre la pauvreté. Concernant les populations riveraines directement affectées par l’activité minière, celles-ci bénéficient des retombées diverses garanties par la réglementation minière. L’adhésion du Cameroun au Processus de Kimberley et l’application de ce Processus à d’autres minerais (or, gemmes, etc.) procurera de multiples gains notamment : l’amélioration du classement du Cameroun dans le Doing Business et dans le classement de Transparency International, l’augmentation des recettes fiscales au niveau du trésor public, l’amélioration du suivi de la traçabilité des diamants des mines au point d’exportation, la création d’un commerce de diamant plus transparent et mieux cerné, la vente au meilleur prix des diamants bruts du Cameroun, la vente hors du Processus de Kimberley étant dévalorisant.
    Emmanuel Bonde : « Faire que nos ressources minières contribuent à la croissance. »

    Le potentiel minier du Cameroun
    Diamant : 17 cibles dont 07 objet d’une exploitation artisanale à Ketté (frontière avec la RCA). 07 autres indices dans la série du Dja parmi lesquels un gisement à Mobilong.
    Or : Au moins 140 cibles décelées, essentiellement dans les séries de Yokadouma, du Lom, du Mbéré, et dans le sillon de Mayo Rey.
    Fer : Environ 25 cibles et gisements décelés parmi lesquels le gisement des Mamelles de Kribi avec 330 millions de tonnes à 30% de fer, le gisement de Mbalam au Sud de Ngoïla avec 220 millions de tonnes à 60% de fer, les petits gisements de Nkom-Akak, Mewongo, Nkout, Ngoua à l’Est du pays.
    Nickel : 27 indices décelés à Masséa, Yokadouma, Mintam, Rainy.
    Cobalt : 06 indices et gisements dénombrés à Lomié (Kongo, Mang, Masséa, Kondong) sur 240 km2. 02 autres indices relevés à Ngoïla et à Mbalam.
    Manganèse : 12 indices connus en liaison avec les serpentinites, le grès conglomératique, la latérite, les paragneiss, les basaltes.
    Bauxite : 06 indices et gisements mis en évidence parmi lesquels le gisement de Minim Martap avec 1,116 milliard de tonnes ; avec des réserves géologiques pouvant atteindre deux milliards de tonnes. Des gisements plus modestes tels ceux de Ngaoundal (avec une réserve de 120 millions de tonnes) et Fongo Tongo (46 millions de tonnes), Banguem (19 millions de tonnes) existent.
    Uranium : une cinquantaine de cibles mises en évidence dans les séries du Dja, du Bas-Nyong, au Sud-Ouest Cameroun et dans la région de Poli.
    Rutile : plus de 65 cibles mises en évidence. La majeure partie est associée au disthène et au grenat. Des études récentes donnent les réserves de 3 millions de tonnes pour la zone d’Akonolinga. Une évaluation de 500 000 tonnes d’ilménite estimée dans le sable de la côte maritime.
    Calcaire : 06 petits gisements identifiés notamment à Figuil avec 600.000 tonnes de réserves qui fait l’objet d’une exploitation pour cimenterie.
    Marbre : un gisement connu à Bidzar, avec des réserves de 2,5 millions de tonnes.
    Argile : des quantités industrielles dans la zone de Yaoundé avec 7,7 Millions de tonnes de réserve dans la zone d’Etoug-Ebe. On décèle aussi un potentiel de 43.000 m3/ha aux environs d’Ongot.
    Pouzzolane : Un gisement en exploitation à Djoungo (entre Douala et Nkongsamba) mais des travaux d’évaluation peuvent mettre en évidence des grands gisements dans les zones volcaniques du Sud-Ouest, de l’Ouest et du Nord-Ouest où l’activité strombolienne a été fréquente.
     

    Source : Minmidt
    Lire l'article original

    Gold, Diamond, Mercury...: Damages of illegal exploitation

    Surreptitiousness is the better word to describe what is happening to Cameroon’s riches underneath. This concerns particularly minerals such as gold, diamond, mercury among others. Statistics of what goes into the pockets of illegal exploiters are startling. Experts carelessly put the figure at FCFA 300 billion every year. This represents about 10.7 per cent of the 2012 State budget. This amount could have significantly saved the State from burning its fingers on the Treasury bond arrangement for the financing of the country’s projects.
    From the look of things, the growing illegal activities surrounding the mining sector is exacerbated by the laxity in implementing the regulations streamlined in the mining code. The hardest hit region where illegal and illicit mineral extraction takes place is the East, South, Adamawa and part of the Centre. The Framework for the Support and Promotion of Small-Scale Mining (CAPAM), an execution agency of the mining sector in the country, has been quite irked by the happenings around this precious natural gift. According to authorities of the agency, about 95 percent of the 200 kilogrammes of gold produced monthly goes into the circuits of fraudsters. In effect, alluvial gold is stealthily extracted from stream gravels accompanied by small quantities of alluvial diamonds in streams which drain cretaceous sandstone and conglomerates.
    This activity which has been on for several years has gone almost uninterrupted until the creation of CAPAM. In a bit to contain the effects of the trade, the organisation last year launched “Operation Gold” to ensure that at least 70 per cent of the gold produced monthly from gold mines is channelled into strengthening Cameroon’s gold reserves at the Central Bank. How successful this initiative will be is the question on every lip especially when one takes into consideration the historic imprints of this nefarious activity. In Bétaré-Oya alone or better still in the Lom and Djerem Division, considered to be the epicentre of the trade, CAPAM counted 12,000 clandestine miners scattered on 1,500 different sites.
    Even as CAPAM is attempting to work out a lasting solution to the problem, the situation remains disturbing. In effect, the 2001 mining code that regulates the sector states inter alia that artisan mining is the preserve of nationals. But today, of the 26 companies operating as artisan miners, 19 of them are foreign and are the most active. Some are even known to sublet their licences to nationals which is why the Minister of Mines, Industries and Technological Development decided to annul of such licenses.
    That notwithstanding, it is important to completely reorganise the sector so that it significantly contribute to the country’s Gross Domestic Product. That is the big challenge for government and this entails looking for professional miners of industrial level and defining the contours within which well designed contracts will operate.


    Read the original article






    Cameroun : comme la SNH pour le pétrole, bientôt une nouvelle société pour gérer les ressources minières

    Cameroun : comme la SNH pour le pétrole, bientôt une nouvelle société pour gérer les ressources minières
    (Investir au Cameroun) - Au Cameroun, la Société nationale des hydrocarbures (SNH) gère pour le compte de l’Etat l’exploitation des ressources pétrolières. Mais, pour la gestion des ressources minières (mines solides), il n’existe pas encore de structure étatique. Le ministère en charge des Mines envisage de mettre sur pied une telle société.
    Le ministre Emmanuel Bonde l’annoncé la semaine dernière à Bertoua au cours d’une visite dans la région de l’Est, la zone la plus riche du Cameroun en ressources minières. « Nous souhaitons que la mine solide soit également gérée par une structure qui fait à peu près le même travail que la SNH », affirme-t-il, en indiquant que la présence de l’Etat sur le terrain va davantage s’accentuer par la mise en place des brigades minières.
    Dans les colonnes Cameroon Tribune ce lundi, Emmanuel Bonde explique les missions de la future société : « C’est d’abord la cartographie, reconnaître les sites à l’acquisition de manière transparente… pour que ce ne soit pas le premier aventurier qui vienne prendre le site sans passer par les étapes de sélection, l’appel d’offres. Ensuite, à partir de la négociation de partage, l’évaluation des investissements, la reconnaissance des compétences… »
    En effet, le secteur minier est actuellement géré par des amateurs et le ministre souhaiterait que la nouvelle société puisse évaluer les compétences. « Je dois dire, pour n’insulter personne, que la plupart des partenaires que nous avons aujourd’hui, n’ont aucune compétence en matière minière. Il y a beaucoup d’aventuriers », observe-t-il.
    Globalement, conclut Emmanuel Bonde, « il nous faut une structure, qui de manière objective, trace le sol, publie les offres, évalue les compétences des partenaires, détermine de manière conséquente les avantages à restituer à l’Etat. Pour que, de même que le pétrole a fait pour la richesse de ce pays, la mine solide constitue aussi une richesse nationale ».

    B-O.D.



    Cameroun : l’Etat va désormais empocher 30% de l’exploitation des ressources minières

    Cameroun : l’Etat va désormais empocher 30% de l’exploitation des ressources minières 
    (Investir au Cameroun) - En visite dans la région de l’Est, zone la plus riche du Cameroun en ressources minières, le ministre en charge des Mines, Emmanuel Bonde, de concert avec les exploitants miniers, a décidé de modifier la taxe que ces derniers doivent verser à l’Etat. Il a proposé à ceux qui s’engagent dans l’exploitation semi-industrielle des mines une nouvelle clé de répartition des ventes.
    « Sur ce qu’ils vont exploiter, ils retiennent 60%. Ils paient 30% à l’Etat et les 10% qui restent sont repartis pour les bénéfices de la collectivité (municipalités, les riverains et tout ce qui est la responsabilité sociale). Nous devons dire que nous sommes contents que ces gens aient accepté. Parce que nous aurions pu aller loin : l’Etat est le propriétaire des ressources minières. (…) Cela a été accepté et nous allons rapidement le mettre en vigueur », explique le ministre à Cameroon Tribune ce lundi, 29 octobre 2012.
    Le ministère des Finances sera mis à contribution pour la concrétisation de cette mesure qui sera intégrée dans les recettes de l’Etat au titre de l’exercice budgétaire 2013. « Une mesure sera prise en accord avec la haute hiérarchie dans les prochains jours », promet Emmanuel Bonde.
    Par ailleurs, dans le cadre de l’exploitation artisanale des minerais, le ministère a suspendu les contrats de sous-traitance que les exploitants ont signés avec des tiers. « L’artisan minier paie une taxe légère qu’on appelle la taxe superficielle qui ne fait pas dix millions. Elle représente environ trois millions seulement. En revanche, le contrat sous-traité par des gens qui viennent de l’ombre rapporte à ces derniers des milliards », constate le ministre.
    Taxe ad valorem
    La nouvelle clé de répartition viendra probablement modifier le décret d'application N° 2002/648/PM du 26 mars 2002 fixant les modalités d'application de la loi N°001 du 16 avril 2001 portant code minier.
    C’est ce texte qui fixe les conditions de partage des revenus issus de l'exploitation artisanale minière et de l'exploitation industrielle des mines et des carrières.
    Selon le décret d'application du code minier, il existe deux taxes : la taxe à l'extraction des substances de carrière et la taxe ad valorem, une taxe proportionnelle à la valeur des produits extraits.
    Pour ce qui est de la taxe ad valorem, le décret d'application du code minier stipule que cette taxe est calculée sur la base de la valeur taxable des produits sur le carreau de la mine, prêts à l'expédition, à partir des renseignements, contrats et pièces justificatives que chaque redevable se doit de fournir à l'administration compétente pour les besoins de sa détermination. Elle est payée mensuellement par les titulaires d'autorisation ou de permis d'exploitation minière.
    Selon l'article 144 de ce décret, cette taxe est fixée ainsi qu'il suit :
    • Pierres précieuses (diamant, émeraude, rubis, saphir) : 8% ;
    • Métaux précieux (or, platine etc..) : 3% ;
    • Métaux de base et autres substances minérales (fer, nickel, bauxite, etc.): 2,5% ;
    • Gîtes géothermiques, eaux de source, eaux minérales et thermo minérales : 2%.
    Avec la nouvelle répartition, l’Etat gagnerait probablement davantage.

    Beaugas-Orain Djoyum

    Lire l'article original





     Un nouveau Dg à Geovic Cameroon Plc

    Un nouveau Dg à Geovic Cameroon Plc 
    (Investir au Cameroun) - Barbara A. Filas est depuis le 6 septembre 2012 le nouveau directeur général par intérim de Geovic Cameroon Plc. Elle remplace Philip Russel Mason dont le contrat est arrivé à expiration le 5 septembre 2012, d’après un communiqué publié hier par le président du conseil d’administration de la société dans les colonnes dans Cameroon Tribune. Ce communiqué précise que « Mme Filas est par ailleurs membre du conseil d’administration de Geovic Cameroun SA et occupe le poste de présidente de Geovic Minin Corp, Colorado (USA) ». 

    Sur le site web de Geovic, on peut lire que Barbara A. Filas est une ingénieure professionnelle agréée dans le secteur des mines. Elle est dotée de plus de 30 années d'expérience dans les opérations de mines de surface, de mines souterraines, de l'ingénierie ou encore de l'évaluation sociale et environnementale des projets miniers. Elle a travaillé dans six continents pour l’exploitation de divers minerais à l’instar des métaux précieux, de l'uranium ou encore du charbon. Elle intègre Geovic en février 2009, après avoir été présidente de Knight Piésold and Co., un cabinet international d’experts en matière d’exploitation minière.

    Depuis l'attribution du permis d'exploitation du cobalt, nickel et manganèse de Nkamouna à la société américaine Geovic Cameroun Plc en 2003, l'exploitation de ces minerais n'a toujours pas commencé au Cameroun. Parmi les problèmes soulevés, la complexité de la structure de Geovic et les problèmes de financement. 

    Les réserves mises en évidence sur une partie du gisement attribué à Geovic sont de l'ordre de 100 millions de tonnes de minerai à 0,2% de cobalt, 0,72% de nickel et 3,71% de manganèse. 

    La SNI (Société nationale d'investissement du Cameroun) détient 20% de parts d'actions de Geovic, 19,5% pour un groupe d'actionnaires camerounais et 0,5% pour William A. Bukovic, le président de Geovic Mining Corporation. La SNI et l'Etat du Cameroun y ont déjà investi environ 20 milliards de FCfa. 


    B-O.D.



    Australie-Afrique: William Fisher dans les mines camerounaises

    William Fischer avec le PM du Cameroun, 3 Octobre 2012

    William Fischer avec le PM du Cameroun, 3 Octobre 2012

    William Fischer envoyé spécial du PM Australien, Mme Julia Gillard, auprès des pays africains francophones africains, a été reçu mercredi, en mi-journée au palais de l'Unité, par le président Paul Biya à qui il a remis un pli fermé.Au terme de l'audience, William Fisher a dit combien il était important pour lui de rencontrer le chef de l'Etat camerounais dans le cadre de sa mission. Car, explique-t-il, Paul Biya est un grand chef d'Etat intéressant à consulter. L'entretien a permis, à cet égard, à l'envoyé spécial d'apprendre de son hôte, qu'en matière de coopération bilatérale, l'agriculture et les mines, constituent les priorités pour le Cameroun. L'Australie s'investit déjà au Cameroun dans la prospection des gisements de fer de Mbalam dans l'Est. Le maître d’œuvre de ce chantier étant la bien nommée Sundance Resources Ltd, en partenariat avec CamIron, une entreprise camerounaise. Legend Mining Ltd, une autre entreprise australienne est, elle aussi, engagée dans la recherche de ce minerai. En soulignant l'expertise de son pays dans le secteur minier - le sous-sol australien étant riche - William Fisher juge satisfaisantes les perspectives et les conditions d'investissement au Cameroun. Lesquelles augurent de jours bien meilleurs pour la poursuite de la coopération bilatérale dans le secteur minier. William Fisher déclare que le chef de l'Etat a également fait avec lui un tour d'horizon des problèmes d'actualité e Afrique et qu'il était important pour son pays de savoir quelles solutions les Africains proposent eux-mêmes à leurs problèmes. Au cours de l'audience d'hier, Paul Biya avait à ses côtés le ministre secrétaire général adjoint de la présidence Peter Agbor Tabi. William Fisher était, pour sa part, accompagné de Ian McConville, Haut commissaire d'Australie au Cameroun.

    Concertations au ministère des mines avec des des délégations, australienne et coréenne

    Par Serges Olivier Okole, 3 Octobre 2012

    Le ministre des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique, Emmanuel Bondé, a reçu mardi dernier dans son cabinet une délégation menée par William Fisher, envoyé spécial du gouvernement australien auprès des pays francophones d'Afrique.La rencontre, qu'il faut situer dans le cadre des relations économiques déjà très fructueuses entre le Cameroun et l'Australie, avait quelque chose de prospectif, si l'on en croit la déclaration liminaire de l'hôte d'Emmanuel Bondé. Selon William Fisher, d'approfondir, et même d'élargir à des champs autres que miniers, les liens existants. Dans ce sens, ce n'est certainement pas la matière qui manque aux deux parties. C'est d'ailleurs sur cette lancée qu'un programme de coopération inspiré et axé sur les besoins réels du Cameroun est en selle depuis près de trois ans. Des projets encore plus concrets sont aujourd'hui la vitrine de cette coopération, bâtie sur du fer. Les entreprises australiennes Sundance Resources Ltd et Legend Mining Ltd, respectivement partenaires de Cam Iron S.A et Camina S.A dans les projets de développement du fer de Mbalam et de la zone de Lolodorf et Eséka, en sont les porte-étendards. Pas mieux que tous ces intérêts en commun pour harmoniser les points de vue. Si les deux pays ont la tradition minière en partage - l'un, le Cameroun, est présenté comme un « scandale minier », l'autre est un gisement d'expertise longtemps éprouvé - il est aujourd'hui question de mettre tous ces atouts en synergie. C'est dans ce sens que l'Australie, selon ses émissaires, a mis sur pied un programme de formation ouvert aux professionnels camerounais. Pour l'année 2013, nous apprendrons, par exemple, que 1 000 bourses sont disponibles pour les pays africains...
    Une opportunité à saisir, tout comme celles qu'offre le cinquième forum de coopération industrielle Corée-Afrique, auquel le ministre Emmanuel Bondé et certains de ses collaborateurs vont prendre part du 14 au 18 octobre prochain à Séoul. De cela et de bien d'autres questions de coopération bilatérale, il a été question au cours d'une première audience accordée mardi en mi-journée à l'ambassadeur de Corée du Sud au Cameroun, June Hyuck Cho

    Fer de Mbalam: Des divergences surgissent entre le Cameroun et le Congo

    DOUALA - 04 OCT. 2012
    © Alain NOAH AWANA | Le Messager

    Malgré la mise sur pied d’un comité inter-Etats, les deux pays semblent vouloir exploiter chacun de son côté ce gisement de fer. Pourtant, les experts estiment qu’ensemble, ils maximiseront l’exploitation qui devrait leur rapporter 50 000 milliards Fcfa en 20 ans.


    Le ministre camerounais de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Emmanuel Nganou Djoumessi, a conduit une délégation ministérielle au Congo du 24 au 27 septembre dernier. Le but de cette mission au cours de laquelle la délégation camerounaise a rencontré Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo, était d’engager avec les Congolais des discussions en vue de parvenir à un accord pour la mise en exploitation conjointe de leurs gisements de fer respectifs de Mbalam (pour le Cameroun) et de Nabeda (pour le Congo).

    A l’issue des travaux, les deux parties sont parvenues à la conclusion selon laquelle la solution optimale et économiquement viable pour les deux pays réside : dans la mutualisation de leurs projets miniers respectifs ; et la possibilité pour le Congo de procéder à l’évacuation, dans une première phase, des minerais de la partie nord-Congo via le chemin de fer camerounais et le port en eau profonde de Kribi en construction, et la nécessité de la signature d’un accord bilatéral pour encadrer cette activité.

    Ainsi donc, les deux pays se mettent officiellement d’accord pour exploiter concomitamment cet important gisement de fer qui s’étend de l’Est du Cameroun jusqu’à la partie nord du Congo, avec une brèche, apprend-on, en Centrafrique. Selon les estimations, l’exploitation de ce minerai pourrait leur rapporter près de 50 000 milliards Fcfa sur 20 ans. Ce qui représente une véritable manne pour ces deux pays encore englués dans le sous-développement. Seulement, il semblerait que l’accord ne soit pas si parfait entre ces « deux partenaires ».
    Selon les sources du Messager, des désaccords qui existent pourraient mettre à mal cette entente parfaite affichée par les pouvoirs publics. Et la partie congolaise semble être le problème. « Le Cameroun souhaite que les deux pays se mettent ensemble, et il semble que les Congolais ne sont pas très d’accord, malgré la proposition de la mise sur pied d’un comité inter-Etats pour l’exploitation de ces minerais », souligne une source à la présidence de la République.

    Par ailleurs, nous renseigne-t-on, le seul grand pas ayant été franchi par les deux pays dans l’exploitation de leurs minerais respectifs est le fait qu’ils se sont accordés pour la construction d’une ligne de chemin de fer allant de Nabeba (Congo) à Kribi (Cameroun). Ce qui est certain, il y aura le développement de deux mines principales au Cameroun et au Congo. Le problème sera de savoir, par exemple, sur quel territoire sera construit l’usine de traitement des minerais et des infrastructures associées. Quoi qu’il en soit, les discussions se poursuivront, avec notamment le rendez-vous très attendu du 19 au 21 décembre 2012, lors de la première réunion technique du comité inter-Etats.  





    Cameroun-Congo: Une coopération en acier 

    La mission conduite au Congo par Louis Paul Motaze, président du comité de pilotage du projet d'exploitation du fer de Mbalam a obtenu des autorités congolaises l'exploitation en synergie des gisements de fer des deux pays.Décidément, le projet d’exploitation concomitant des gisements de fer de Mbalam au Sud Est du Cameroun et de Nabeba au Nord du Congo Brazzaville se concrétise. 

     
    Du 24 au 27 septembre 2012, Louis Paul Motaze, le Secrétaire Général des Services du Premier Ministre et Président du Comité de Pilotage du Projet d’Exploitation du Fer de Mbalam, a conduit à Brazzaville (Congo), une délégation ministérielle comprenant Emmanuel Bondje Ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique, Robert Nkili, Ministre des Transports et S.E.M. H. Komidor Njimoluh, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Cameroun au Congo, avec pour mission de s’accorder avec les autorités de ce pays voisin, sur les modalités de mutualisation des moyens pour optimiser l’exploitation de ces gisements.
    Le but de la mission, assure une source officielle, était d’engager avec le gouvernement congolais des discussions en vue de parvenir à un accord pour la mise en exploitation conjointe de leurs gisements de fer respectifs de Mbalam (pour le Cameroun) et de Nabeda (pour le Congo), un souhait que Louis Paul Motazé a pu exprimer au chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, lors de leur rencontre en tête à tête au palais présidentiel de Brazzaville. Une mission fructueuse donc, puisque, selon la même source, «il est apparu une convergence de vues avec les autorités congolaises sur les enjeux liés au développement intégré du projet conjoint Mbalam-Nabeba ainsi que la nécessité de poser les jalons d’une coopération mutuellement bénéfique, à travers notamment : la mutualisation de leurs projets miniers respectifs (Mbalam-Nabeba) ; la possibilité pour le Congo de procéder à l’évacuation, dans une première phase, des minerais de la partie Nord du Congo via le chemin de fer camerounais et le port en eau profonde de Kribi et la nécessité de la signature d’un accord bilatéral pour encadrer juridiquement cette activité.
    A l’occasion des assises de Brazzaville, les deux pays ont convenu de la mise en place d’un comité inter-Etats, chargé de poursuivre les négociations en vue de la signature d’un accord bilatéral».Désormais baptisé projet Mbalam-Nabéba, le programme arrêté par Louis Paul Motaze et ses hôtes consiste donc en l’exploitation concomitante des gisements de fer des localités de Mbalam au Cameroun et de Nabéba, au Congo notamment à travers le développement de deux mines principales dans ces deux pays; la construction d’une usine de traitement des minerais et des infrastructures associées; la construction d’une ligne de chemin de fer reliant Nabéba au Congo à Lolabé/Kribi, en passant par Mbalam; la construction d’un terminal minéralier au Port de Kribi pour l’évacuation du minerai.
    selon le cabinet secrétaire général de la primature, l’organisation de cette synergie dans le développement des infrastructures s’inscrit en toute cohérence avec le Programme Economique Régional (PER) de la CEMAC qui prévoit que les lignes de chemin de fer seront construites dans le but de créer des pôles économiques, notamment en vue de faciliter l’exploitation et l'évacuation de produits miniers y compris dans les pays tels que le Gabon ou la RCA, qui devraient incontestablement profiter du chemin de fer camerounais et du port en eau profonde de Kribi pour évacuer leurs production.Pour ce qui est du Cameroun, le projet d'exploitation du minerai de fer à Mbalam  est assurément un des projets les plus avancés. C’est en tout cas la conviction régulièrement exprimée par les dirigeants de CamIron, la firme chargée de l’exploitation du minerai de fer de Mbalam : « nous sommes tout près du démarrage de la construction de la mine.
    Le projet concerne 484 millions de tonnes de fer riche prêt à l’exportation et 2.32 milliards de tonnes de fer qui seront enrichies dans une usine locale avant d’être exportées. Ces réserves vont nous permettre d’exploiter le minerai de fer pendant au moins 25 ans. Il s’agit d’un projet de plus de 4,5 milliards de dollars américain, avec 2, 7 milliards de tonnes de ressources minérales de classe mondiale conformes au code JORC».La société a démarré le forage en juin 2007 et a achevé son programme initial de forage avant la fin de l'année 2008, par l'identification de 215 millions de tonnes de ressources riches et plus de 2,3 milliards de tonnes d'itabirite pauvre.  En 2008, cette joint-venture Camerouno-Australienne a achevé l’étude de préfaisabilité du projet et à la suite de la reprise des travaux de forage et d’exploration au Cameroun et au Congo, elle a démarré l’étude de faisabilité définitive du projet.
    Ladite étude s’est achevée en avril 2011 et a accouché d’un projet de classe mondiale. Les financements sont mis en place, et coté gouvernement, le comité de pilotage du projet a recruté plusieurs cabinets 'experts spécialisés pour accompagner le gouvernement jusqu'à la signature de la convention minière. "En ce moment, toutes les parties ont été confirmées (les partenaires techniques et financiers) et nous n'attendons plus que la signature de la convention par le gouvernement du Cameroun, à la suite de laquelle nous démarrerons la construction de 500 Km de chemin de fer et du port en eau profonde (35 millions de tonnes de minerai de fer seront exportés bientôt)".C’est donc assurément un des projets les plus avancés du vaste programme minier camerounais, et le gouvernement en attendent des gains substantiels en termes fiscaux et de dividendes de l’exploitation.
    De même ce projet devrait génère quelques 3000 emplois directs. La convention minière entre le Cameroun et ces investisseurs devrait intervenir fin aout prochain, donnant ainsi le coup d’envoi d’investissements estimés à 4,5 milliards de dollars sur dix ans incluant la construction du site, la pose de plus de 500 km de chemin de fer moderne partant de la mine au port en eau profonde de Kribi, ainsi que la construction d’une jetée (quai minéralier) au sein du complexe industrialo portuaire de Kribi. La mise en route de cette grande mine va permettre de développer toute une zone riche en fer dans le sud du pays.
    Notamment avec le minerai de fer de Nkout-Djoum qui suscite déjà un grand intérêt chez les chinois, avec un potentiel estimé à plus d‘un milliard de tonnes. on parle aussi du développement du minerai de fer d’Eseka-Ngoyang ou du gisement des fer de Mamelles-Kribi qui contiendrait, selon les premières estimation, plus de 660 millions de tonnes. Les études étant en cours d’affinement, il est bien probable que l’estimation finale de la réserve soit largement supérieure.
     

    Processus de Kimberly: Les petits pas du secrétariat national permanent

    Écrit par Lindovi Ndjio 



    La jeune structure cherche ses repères alors que les défis s’annoncent à pas de géant.
    Depuis le 14 août 2012, le Cameroun est membre du processus de Kimberley.
    Une adhésion qui ne vient que d’ouvrir le pays au marché mondial officiel du diamant, même si le Secrétariat national permanent (Snp) du Processus de Kimberley existe depuis novembre 2011. Une ouverture qui induit des normes qui régissent le commerce mondial de diamant, qui s’opère essentiellement entre les pays du Processus. Et le Snp a du pain sur la planche car désormais, toute transaction de diamant est suivie.
    A l’occasion d’une visite de travail organisée par le Réseau de lutte contre la faim (Relufa), au siège du Snp, il est apparu que le chemin parcouru par cette structure nationale sont presque à l’image de leur jeunesse d’une structure créée par décret du Premier ministre le 2 novembre 2011. «Nous sommes encore en cours de démarrage, mais nous pouvons déjà faire le minimum», rassure Adolphe Abenelang Abessolo, secrétaire national permanent adjoint. Logé au 5ème étage d’un immeuble Intek sis en plein centre ville de Yaoundé, le Snp est concentré dans près d’une dizaine de pièces modestes et exigües. Sur la vingtaine de personnes que la jeune structure emploie, il n’y a encore que deux évaluateurs. On pourrait avoir besoin de l’appui du Zimbabwe ou de la Namibie dans le sens de cette évaluation qui sont plus avancés dans l’industrie diamantifère que le Cameroun, ainsi que dans le cadre de la réalisation de l’inventaire exhaustif des sites diamantifères du Cameroun. L’une des pièces sert de laboratoire, servant de bureau à deux expertes. «C’est ici qu’on analyse le diamant qui arrive, en vue de la certification», indique l’un des évaluateurs. «Il est question de déterminer ce qu’on appelle 3c, à savoir qu’on classe en fonction de la coupure, la clarté et le poids en carats, et tout diamant peut se retrouver dans ce tableau et c’est à partir de là qu’on peut évaluer le prix», explique-t-il.
    Les capacités qui devraient être revues à la hausse. «Le matériel commandé arrive bientôt, mais déjà, il faut au maximum deux jours pour obtenir la certification de son diamant ici», rassure un responsable de la maison, et d’ajouter que «nous allons installer partout où on trouve le diamant ; il y aura un point focal doté d’un laboratoire pour un premier diagnostic et nous terminerons le reste». D’autant plus que «pour certifier le diamant, il faut que les informations partent des sites où on l’a trouvé. Si quelqu’un débarque ici avec le diamant sans passer par ces étapes, il n’aura pas la certification», rappelle Théophile Ndougsa Mbarga, représentant du ministère des Mines au sein du Snp.
    En attendant, du boulot attend le Snp. En termes de sensibilisation des acteurs du processus à adhérer à la loi du Kimberley qui devient contraignante. Les actions en perspective du secrétariat sont notamment le renforcement des capacités du personnel dans l’ensemble, mais surtout des évaluateurs, la sensibilisation des artisans à adopter ce processus, ce qui passe par la régularisation de leur statut car jusqu’à présent, en attendant C&K Mining, le Cameroun ne connait que les exploitants artisanaux. «Le respect des normes sera désormais bénéfique pour l’Etat aussi, mais davantage pour les artisans eux-mêmes car ils pourront vendre leur diamant à des prix bon marché, et participer à la transparence dans le secteur», tente d’expliquer Adolphe Abessolo. Il va falloir renforcer les mesures de sécurité dans les zones. A titre de rappel, pour l’instant, les gisements de diamant du Cameroun se trouvent dans le sud-est du pays, zones frontalière avec la Rca et le Congo. A ce sujet, les responsables de la police et de la gendarmerie qui siègent au sein du Snp assurent que «des mesures sont déjà prises dans ce sens. La gendarmerie assure la sécurité des sites, et des campagnes environnantes, aux frontières, escortent les stocks vers les zones urbaines, la police escorte enfin vers les deux aéroports retenus pour le transfert du diamant».En comptant davantage sur le renseignement. La douane quant à elle, fait le reste au niveau de l’aéroport.
    Le processus de Kimberley existe depuis 2003, et regroupe 77 pays du monde, qui contrôlent 99,8% du marché mondial de diamant (importation et exportation), à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies (Onu), qui découvre les atrocités des nombreuses guerres civiles notamment en Afrique (Angola, Sierra Léone,…), et qui sont financées par la vente du diamant. Le Processus veut éviter que le diamant continue de financer la guerre. Après un inventaire de son potentiel diamantifère en juillet 2009, le Cameroun peaufine ses études techniques et dépose sa candidature au processus en 2010, mais échoue en 2011. La même année, le pays remet ça lors de la 2ème session annuelle à Kinshasa et le dossier aboutit en juin dernier.
    Lire l'article original



    Le Cameroun et le Congo s’engagent pour l’exploitation commune du fer de Mbalam


    Le Cameroun et le Congo s’engagent pour l’exploitation commune du fer de Mbalam 



    (Investir au Cameroun) - Un comité inter-états pour la gestion commune de l'exploitation de deux gisements miniers, celui de Nabemba, au nord du Congo et celui de Mbalam, à la frontière entre les deux pays, a été mis sur pied, a annoncé vendredi le Ministère congolais des mines et de la géologie.
    Après deux jours de concertations, « les deux parties se sont engagées à collaborer et à conjuguer leurs efforts pour lever tous les écueils qui pourraient retarder ou compromettre la réalisation de ce projet », souligne le communiqué.
    La mise en place de comités inter-états sera suivie dans les prochains jours par la signature d'un accord bilatéral pour encadrer juridiquement cette exploitation commune. L’un des points majeurs de ce projet sera la construction du chemin de fer Mbalam-Kribi qui permettra d’acheminer le fer à l’extérieur du pays via le port en eau profonde de Kribi. En effet, le gisement minier de Nabemba au Cameroun, voisin de celui de Mbalam au Cameroun, sera exporté via ce chemin de fer.
    La construction de ce chemin de fer Mbalam-Kribi long de 602,6 km nécessite d’importants moyens financiers. 3 109 milliards FCFA, d’après le Ministère camerounais en charge de l’Economie. L’accord entre les deux Etats va sans doute intégrer un plan de financement commun de ce chemin de fer qui bénéficiera aux deux Etats.


    B-O.D.


     

     

     

     












    L’exportation du diamant camerounais désormais codifié

    (Investir au Cameroun) - Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, Emmanuel Bondé a signé le 21 juin 2012 un arrêté précisant les modalités de commerce de diamant. Il y a précisé que «la commercialisation illicite du diamant brut est interdite sur toute l’étendue du territoire national».

    D’après cet arrêté lu sur les ondes du Poste national de la CRTV le 21 juin dernier, il est mis sur pied un secrétariat national permanent et un bureau d’évaluation et d’expertise de diamants. Selon cet arrêté,  «l’importation, l’exportation, le transit et la commercialisation du diamant brut font l’objet d’une autorisation préalable du ministère chargé des Mines. De ce fait, l’importation et l’exploitation du diamant brut ne sont autorisées qu’avec les pays participants au processus et en conformité avec les principes et recommandation du système de certification dudit processus».

    «Tout exportateur de diamant évalue son produit devant le bureau d’évaluation et d’expertise des diamants qui lui délivre le certificat de Kimberley de l’Etat du Cameroun. Le produit est alors disposé en lots dans un conteneur inviolable portant le sceau du secrétariat national permanent. Pour des raisons de traçabilité, tout titulaire d’une autorisation de commercialisation de diamant brut doit tenir à jour un carnet de reçu précisant son nom, les référant de sa carte d’artisan ou de collecteur, la date de la transaction, le poids en carats de diamants, et la valeur payée», indique l’arrêté.

    Actuellement, la seule entreprise autorisée à exploiter le diamant camerounais est l’entreprise Cameroon  and Korean Mining, en abrégé C and K Mining. Elle est détenue à 10% par le Capam (Cadre d'appui et de promotion de l'artisanat minier), à 10% par l'Etat du Cameroun, à 10% par des nationaux et à 70% par la partie coréenne, notamment la Koko Enterprise.  Le président de la République a signé le 16 décembre 2010, en sa faveur, un décret portant «institution  d'un permis d'exploitation minière  valable  pour diamant et substances connexes». Mais avant la délivrance d’un permis d’exploitation par le président de la République, tout investisseur doit au préalable disposer d’un permis d’exploration.


    B-O.D.


    Le commerce des diamants réglementé


    Un arrêté du ministre en charge des mines organise la filière au-delà de l’extraction. 


    Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique a signé récemment un arrêté fixant les modalités d’exportation, d’importation et de commercialisation des diamants bruts au Cameroun. Le régime de ces trois activités autour des ressources diamantifères est celui de l’ « autorisation préalable » que délivre le ministre chargé des mines (alinéa 1 de l’article1). La commercialisation notamment « se fait dans les circuits formels prévus par la réglementation en vigueur ».

    Pour garantir la réputation des diamants camerounais sur le marché international, l’arrêté prévoit que certaines transactions commerciales (importation et exploitation) « ne sont autorisées qu’avec les pays participants au processus de Kimberley et en conformité avec les principes et les recommandations du système de certification dudit processus ». Au-delà des règles de ce cadre spécial international, les acteurs du commerce des diamants devront également s’astreindre à respecter la législation nationale sur la vente des substances minérales, indique l’article 3.

    Il est cependant notable que le processus de Kimberley a établi depuis son lancement en mai 2000 en Afrique du Sud, un cadre pour débattre des moyens à employer afin de mettre un terme au commerce des « diamants de la guerre » ; et pour « veiller à ce que le commerce des diamants ne finance pas les activités de mouvements rebelles violents et de leurs alliés visant à déstabiliser des gouvernements légitimes ».

    Dans l’organisation de l’exploitation de ces pierres précieuses, l’exportateur de diamants bruts est tenu de faire évaluer son produit par le Bureau d’évaluation et d’expertise des diamants (Beed). L’exportation, quant à elle, est subordonnée au visa du secrétariat national permanent du processus de Kimberley et à l’accompagnement d’un certificat (du même processus) délivré par l’Etat camerounais. Ces règles qui sont visiblement destinées à encadrer l’exploitation diamantifère industrielle naissante au Cameroun s’imposent aussi bien aux opérateurs professionnels disposant des techniques modernes qu’aux bureaux de commerce qui traitent avec des artisans.














    Yaounde: Cameroon says resolves Dangote plant dispute


    Click to jump to 'Reuters'  © Tansa Musa | Reuters


    Construction of Nigerian cement giant Dangote's $115 million new plant in the Cameroonian economic hub of Douala has restarted after land dispute was resolved, local officials said on Monday.





    Work on the 1.5 million tonnes-a-year plant began last September and was due to last 18 months. But it was halted earlier this year after the ethnic Sawa people filed an injunction against the project, complaining it violated their sacred site on the banks of the Wouri River.

    "Following instructions from the Presidency of the Republic, work has resumed at the Dangote cement factory," Joseph Beti Assomo, the governor of the Littoral Region under which Douala falls, told local state radio.

    "Let me seize this opportunity to inform you that the mix-ups surrounding the site of the Dangote project have been entirely dissipated to enable work resumption which must not be interrupted again," he added.

    Sawa representatives were not immediately available for comment but several Douala residents confirmed that construction work was going ahead on Monday.

    Nigerian billionaire Aliko Dangote is aiming for a valuation of up to $40 billion for his rapidly expanding cement company at its London listing next year, several times that of top global rival Lafarge.


    (Reporting by Tansa Musa; Editing by Mark John)








     Mines: Des trésors à exploiter

    Le potentiel minier du Cameroun n’est pas aussi riche que celui de la RDC mais il n’en est pas très éloigné. La géologie du Cameroun, évoquée du 29 au 31 mai dernier à Yaoundé à la faveur du deuxième forum minier, est, en effet, favorable à la minéralisation des substances aussi précieuses que l’or, le diamant, le cobalt, le nickel, le manganèse, le fer, l’uranium, la bauxite, les hydrocarbures (pétrole, gaz naturel), le saphir, etc. Ces dernières années, la liste des prospects et indices dignes d’intérêt s’est même allongée. Le secteur minier camerounais n’a pas pour autant décollé. Selon les statistiques disponibles, environ 165 permis de recherche ont déjà été délivrés à plusieurs sociétés minières. En outre, un certain nombre d'opérateurs ont d’ores et déjà lancé des négociations pour la signature d’une convention minière afin d’obtenir un permis d’exploitation.

    Toutefois, hormis les substances utiles (marbre, calcaire), seuls deux permis d’exploitation pour la mine industrielle ont été attribués, à GEOVIC en 2003 pour le cobalt/nickel et à C&K Mining en 2010 pour le diamant et l’exploitation proprement dite n’a pas encore démarré. Le Cameroun avance donc à petits pas vers l’ère de l’industrie minière.

    Malgré le frémissement observé, ces derniers temps, le riche potentiel minier du Cameroun est encore loin de participer comme une force de propulsion au développement socio-économique du pays. D’ailleurs, la contribution du secteur minier au Produit intérieur brut, hors pétrole, est si faible (à peine 1%) qu’elle est difficilement visible à l’échelle. Alors que dans d’autres pays africains, les ressources minières font partie du socle de la croissance économique, à l’instar du Botswana ( l'un des 25 pays les plus pauvres du monde en 1966 qui se classe désormais parmi les plus prospères du continent africain) et l’Afrique du Sud (l’industrie minière y compte pour environ 36% de la capitalisation du marché domestique). Les retombées d’une exploitation rationnelle des ressources minières ont la réputation de fortifier les finances publiques (importantes recettes fiscales versées au Trésor public) ; de participer à l’aménagement du territoire (mise en place des infrastructures comme les routes, les ports, les chemins de fer, la sidérurgie et les industries connexes) ; au développement des communes et des populations riveraines du site d’extraction qui reçoivent une partie des revenus issus de l’exploitation et la réalisation des projets communautaires (écoles, centres de santé, adductions d’eau potable, etc.) ; à la lutte contre le chômage à travers la création d’emplois. Que faire pour entrer rapidement dans l’ère de l’exploitation minière à grande échelle ? CT ouvre le dossier.









    China's Hanlong clears Cameroon hurdle to $1.3 bln iron ore bid


    MELBOURNE, June 5 (Reuters) - China's Hanlong Mining has cleared one of three key hurdles to its long-delayed $1.3 billion takeover of Australia's Sundance Resources, agreeing on key terms with Cameroon for developing the Mbalam iron ore project.
    To go ahead with the Sundance bid, Hanlong also needs to secure approval from Australia's Foreign Investment Review Board by June 30, and line up funding from China Development Bank by August 31, which is seen as the biggest challenge.
    Hanlong is targeting Sundance for its $4.7 billion Mbalam iron ore project on the border of Congo and Cameroon, a resource vital to helping China ease its dependence on Australia and Brazil for iron ore.
    Despite China's desire tap new sources of iron ore in Africa, China Development Bank has so far failed to give its blessing to Hanlong's A$1.34 billion ($1.3 billion) bid, first announced last July.
    The bank has said it was waiting for Congo and Cameroon to seal mining agreements, now in hand, and waiting for approval from Australia, now also expected to come through.
    "We now look forward to finalising the remaining elements of the (agreement) and paving the way for the people of the republics of Cameroon and Congo to reap the benefits of this world-class project," Sundance Chairman George Jones said in a statement.
    At least one Chinese source has said China Development Bank is nervous about making big investments in the current uncertain global environment, especially when it involves a privately owned Chinese company.
    Those doubts have kept Sundance's shares, last at A$0.40, trading well below the value of Hanlong's offer of A$0.57 share.
    Sundance said Cameroon Prime Minister Philemon Yang has written to Chinese Premier Wen Jiabao calling for China's support for the Mbalam project, crucial to the country's future as it includes building a 510 km (320 mile) rail line and a deepwater port. ($1 = 1.0288 Australian dollars) (Reporting by Sonali Paul; Editing by John Mair)


    Read the full original article






    Industrie minière: Encore de nombreux défis

    Par Idriss Linge

    C’est la grande leçon qui peut être tirée à l’issue du deuxième forum minier du Cameroun ayant pris fin le 31 mai 2012 dernier


    Même si ce n’est pas le discours officiel, le Cameroun semble s’engager dans le chemin de l’industrie minière en faisant face à de nombreux défis. Clôturant le deuxième forum minier organisé dans le pays, les participants ont retenu 21 résolutions, dont certaines en rapport avec le premier niveau de la chaine des valeurs des industries minières. L’évènement a permis finalement au secteur minier camerounais de mettre à jour le chemin qu’il y a encore à parcourir. A la tête de tous les défis, celui de mettre en place un cadre d’industrialisation minière qui puisse être durable. Une autre grande leçon apprise de ce deuxième forum aura été celui des difficultés à concilier investissements et développement durable. Dans son approche, le gouvernement n’a pas encore clairement défini un cadre légal unique de gestion de tels conflits. A l’heure actuelle, de nombreuses zones d’exploration minière chevauchent des aires protégées par exemple. Prenant la parole sur le sujet, le patron du centre pour l’environnement et le développement (CED), a remis sur la table des discussions la nécessité de suspendre l’attribution de nouveaux permis et de voir clair dans les différentes situations. «Nous ne disons pas qu’il faut bloquer le processus d’exploitation des mines, loin de nous cette idée. Ce que nous disons c’est que le processus d’identification des sources potentielles de conflit doit se faire en amont de l’attribution des titres miniers. Si tout le monde connait les risques cela ne posera pas problème puisque l’accord aura été total. Mais lorsque les uns découvrent les risques plus tard, chacun cherche la disposition contractuelle, légale ou réglementaire qui le protège, et c’est le début des problèmes avec son lot de positions tranchées», a expliqué Samuel NGUIFFO, le responsable de cette organisation.


    © Journalducameroun.com
    De nombreux participants au forum minier de Yaoundé

    Entre opportunités et contraintes
    Le forum aura été aussi le lieu des perspectives encourageantes. «L’exploitation des ressources en vue de la transformation, de la croissance et du développement structurel de l’Afrique est possible. Une des pistes de solution est de soutenir la petite exploitation. C’est d’ailleurs un des axes de la vision minière africaine. Des pays comme la République Démocratique du Congo et même le Zimbabwe, montrent à souhait, l’importance des petits artisans dans le secteur de la mine. Certes cela prendra peut-être plus de temps, mais à l’arrivée, le continent aura un secteur minier maitrisé et pourra prétendre à en tirer tous les profits », a fait savoir Olivier Maponga, expert économiste de la commission onusienne des affaires économique pour l’Afrique, alors qu’il présentait la vision africaine. A l’optimisme, d’autres acteurs ont opposé la nécessité d’être réalistes et de se mettre résolument à l’apprentissage des implications du secteur. « Les défis du développement minier sur le plan de la chaine des valeurs sont nombreux. Le rôle critique des Etats s’accroit concernant la mise en place d’un cadre favorable, au développement socioéconomique durable s’appuyant sur le secteur. Les compagnies luttent pour accéder à de nouvelles ressources, mais maintiennent leurs préférence pour les pays stables et transparents et enfin le rôle de la société civile prend une importance croissante. Voilà aujourd’hui les enjeux à prendre en compte pour tirer d’une vision minière, toute sa pertinence. L’Afrique dont fait partie le Cameroun connait encore de nombreuses disparités. C’est un processus qui ne peut finalement aboutir que dans une approche d’ensemble. Les capacités seront renforcées plus rapidement », a fait savoir Gothard Walse, un expert de la Banque Mondiale.


    L’engagement de l’Etat et de ses partenaires
    De nombreuses entreprises présentes se sont dites très sensibles aux questions soulevées, et ont promis de renforcer leur implication en termes de responsabilité sociétale. «Je ne crois pas qu’il puisse être possible de réaliser de grandes choses, sans avoir à se confronter à des intérêts divergents, cela n’est pas possible. Ce que j’ai apprécié moi, c’est le fait que nous ayons pu nous exprimer tous. Dans notre compagnie nous restons ouverts à toutes les discussions et nous sommes sensibles aux préoccupations des uns et des autres.», explique pour sa part David Meehan, le directeur des opérations de l’entreprise Sundance Resources, en quête d’un permis d’exploitation du fer de Mbalam. Le gouvernement s’est montré sensible à ces réflexions. Prenant cela à son compte, il s’est promis au rang des résolutions, de renforcer le cadre de concertation avec toutes les parties prenantes dans le processus du développement minier. « Pour ce qui est de ma part, je ferai en sorte que les résolutions de ce forum ne restent pas dans les tiroirs. Notre stratégie de développement aujourd’hui passe inévitablement par les mines. C’est pour cela que nous invitons tous ceux qui ont une expertise dans le domaine, à se joindre à nous afin que nous puissions conduire ce processus de manière optimal. Il y va de l’intérêt de tous les camerounais », a indiqué Fuh Calistus Gentry, le secrétaire d’Etat au mines en fin des travaux.







    Industrie minière et Environnement: La difficile conciliation

    Par Idriss Linge

    Lors du récent forum minier au Cameroun, de nombreuses présentations ont montré à souhait l’importance qui doit être accordée à cette problématique


    Une des problématiques importantes du forum minier qui s’est achevé le 31 mai dernier, aura été celui de la conciliation entre développement de l’industrie minière et respects des considérations environnementales. Dans son approche, le gouvernement n’a pas encore défini un cadre clair et unique relatif à la préservation des environnements tant physiques, que socio-économiques. Un des problèmes soulevés aura été celui du chevauchement entre des zones attribuées à des entreprises minières, et celles qui sont protégées pour la conservation. Prenant la parole sur le sujet, le Centre pour l’environnement et le développement (CED), a remis sur la table des discussions, la nécessité de suspendre l’attribution de nouveaux permis en vue de voir clair dans les différentes situations. « L’expérience en matière d’exploitation forestière montre que très souvent, le gouvernement semble négliger ces aspects et après, de gros conflits ne manquent pas de survenir. Pour éviter d’avoir à gérer les même contraintes qui se soldent souvent par des procédures coûteuses et difficiles à gérer pour l’Etat, il est important de bien appréhender la situation de manière étendue avant », a expliqué Samuel NGUIFFO, le responsable de cette organisation.


    © Journalducameroun.com
         L'activité minière a un impact réel sur l'environnement
     
    Le besoin de renforcer la capacité à comprendre la chaine des valeurs…
    Même si un cadre légal clair n’existe pas encore, le gouvernement semble se préoccuper des questions environnementales. La principale exigence actuellement est la réalisation d’une étude d’impact par des cabinets d’études agrées. A la suite de cette étude d’impact, les audiences foraines sont réalisées et donnent la possibilité à toute personne intéressée de venir faire entendre une quelconque prétention. Mais la démarche du gouvernement ne semble pas suffisante. Selon certains experts, posséder un cadre légal ne suffit pas. Il faudrait encore avoir l’expertise pour clairement identifier la chaine des valeurs devant servir de contrepartie pour les impacts environnementaux. De plus, le gouvernement semble déjà, en matière forestière, manquer de personnel et n’a pas présenté une issue pertinente de suivi des activités minières et de leur impact sur l’environnement. « Il faut pour chaque projet une bonne étude de base du projet, pour avoir un aperçu clair et net des enjeux qui existent. Ensuite il faut discuter avec les communautés locales pour avoir une idée de ce que cela pourra entrainer comme conséquences et enfin discuter en tenant compte du maximum d’exigence dans la transparence. Le Cameroun pourra ainsi avoir une exploitation minière durable », a expliqué Brendan Schwartz, un des responsables du réseau de lutte contre la faim (RELUFA), au Cameroun.

    … Et de travailler avec toutes les parties prenantes
    Pourtant et au-delà du débat, des entreprises se disent prêtes à tenir compte des normes environnementales. « Nous avons travaillé et continuons de le faire, pour éviter au maximum les aires protégés. C’est pour nous une préoccupation réelle. Nos équipes sont ouvertes pour s’y mettre avec l’administration, les organisations de la société civile et les populations concernées », a expliqué David Meehan, le Directeur des Opérations pour Sundance Resources, l’entreprise opérant sur le fer de Mbalam. Selon ce responsable, la question environnementale pourra aller au-delà de la convention minière. « Comme je l’ai dis dans ma présentation, nous consacrerons 0,5% de nos bénéfices nets à la gestion des problèmes environnementaux et communautaires », a-t-il expliqué. Une position louable mais à surveiller selon le RELUFA. « C’est une bonne nouvelles, mais les communautés doivent aller plus loin encore, la question est de savoir ce à quoi équivalent les 0,5%. Il faut s’assurer que leur valeur permettra de combler la dégradation causée sur les différents environnements concernés par le projet. Et pour cela, il faut un travail concerté et surtout une communication permanente entre les différentes parties prenantes. Selon des expertises internationales, près de 60% des exploitations minières sont à ciel ouvert causant une défiguration permanente du territoire due aux procédés d’exploitation. Le principal problème dans une mine est la gestion des déchets. (79 tonnes de résidus miniers sont nécessaires à la production d’une once d’or). L’une des résolutions du forum minier aura été de travailler avec la société civile, les communautés riveraines et tous les experts, pour s’assurer que l’exploitation par le Cameroun de ses mines, n’aura pas les mêmes lacunes environnementales que celle des forêts.









    L’exploitation de Mobilong démarre en juillet 2012

    L’exploitation de Mobilong démarre en juillet 2012

    (Investir au Cameroun) - L’annonce a été faite mercredi par Oh Deuk Gyun, patron de Cameroon and Korea Mining (C&K Mining). Il était à la tête d’une délégation d’actionnaires de l’entreprise en visite sur le site, une délégation qui a échangé avec Eloi Gabriel Essoa, préfet du département de la Boumba et Ngoko.

    Des échanges entre les deux parties, on retient que la phase d’installation technique est aujourd’hui bouclée. Dans les chantiers, les ouvriers s’attèlent aux ultimes manœuvres. En attendant l’installation du grand générateur qui se trouve encore à la place portuaire de Douala pour remplacer celui en panne sur le chantier, Oh Deuk Gyun a laissé entendre que la présence des actionnaires sur le site est l’élément déclencheur de l’exploitation proprement dite de la mine diamantifère de Mobilong.

    «A l’état d’avancement de l’installation et de notre présence sur le terrain, on peut dire que l’exploitation va démarrer au mois de juillet 2012», a révélé Oh Deuk Gyun.







    Exploitation du fer : Sundance parle de ses divergences avec l’Etat

    Exploitation du fer : Sundance parle de ses divergences avec l’Etat  
    (Investir au Cameroun) - Le forum minier s’est achevé au Cameroun la semaine dernière. Une occasion pour les acteurs du secteur de venir présenter leurs projets ou encore de saisir de nouvelles opportunités d’affaires. Parmi eux, David Meehan, le directeur des opérations de l’entreprise Sundance Ressources qui va exploiter le fer de Mbalam.

    Après le forum il a accepté d’expliquer au Journal du Cameroun les divergences qu’il rencontre avec le gouvernement camerounais pour le début de l’exploitation du fer. De prime abord, tient-il a rappeler, «le fait qu’il y ait des divergences ne nous pose pas de problème. C’est d’ailleurs normal, cela rentre dans la nature des hommes». Parmi ces problèmes, il évoque le projet de chemin de fer.

    Le plan ferroviaire national élaboré par le gouvernement intègre en fait un linéaire qui servira au transport du fer du lieu de l’exploitation jusqu’aux côtes camerounaises, mais aussi et surtout le transport des personnes et des biens.

    «Pour ce qui est du chemin de fer, je reconnais que c’est un des points critiques de nos discussions avec le gouvernement camerounais. Ce que je dois dire c’est que nous comprenons très bien les objectifs et la volonté du gouvernement de ce pays. D’un autre côté, il n’existe pas ce type de chemin de fer en Afrique centrale et donc tout le monde ne comprend pas de quoi on parle», affirme David Meehan. Il précise que pour Sundance Ressources, le chemin de fer ne doit pas être mis en place pour le transport des civils, mais du fer.

    «Il y a une chose qui doit être dite. C’est que lorsque vous n’avez pas encore vu à quoi ressemble un chemin de fer lourd pour transport de minerais, vous ne pouvez pas imaginer ce que c’est. Or, d’une certaine manière, c’est ce qu’il faut pour une exploitation optimale du fer de Mbalam. Un chemin de fer lourd, c’est d’abord une seule ligne, parce qu’on ne peut pas faire deux voies, une seule déjà coûte 3 milliards de dollars (1500 milliards de CFA) », explique-t-il. En plus, ajoute David Meehan, «on aura des trains avec des wagons de près de deux kilomètres qui passeront à intervalles de 15 minutes, du coup c’est difficile d’intercaler des trains civils. Nous avons le projet d’emmener une délégation camerounaise en Australie, pour en faire l’expérience et nous espérons nous comprendre par la suite, car les discussions se poursuivent. Alors ce que nous disons, c’est que le type de chemin de fer optimal pour le projet ne peut relier plusieurs localités, pour des raisons de sécurité, et de protection des riverains».

    Autre point de discorde avec l’Etat camerounais, le chevauchement des aires protégées avec les lieux d’exploitation. «Nous avons travaillé et continuons de le faire, pour éviter au maximum les aires protégées. C’est pour nous une préoccupation réelle. Nos équipes sont ouvertes pour s’y mettre avec l’administration, les organisations de la société civile et les populations concernées», explique-t-il.

    Le directeur des opérations de Sundance Ressources se dit tout de même confiant quant à l’issue des discussions qui se tiennent en ce moment avec le gouvernement. Il espère une solution consensuelle d’ici la fin de l’année. Ce qui se matérialisera par la signature d’une convention minière avec le gouvernement.


    B-O.D.







    David Meehan: «Sundance veut exploiter le fer de Mbalam avec et pour le Cameroun»

    Par Idriss Linge - 07/06/2012

    Intervenant lors du dernier forum minier, le directeur des opérations de cette entreprise a accepté de faire le point sur le projet de fer de Mbalam et donner ses impressions à l’issue des travaux


    Monsieur Meeham, vous avez été un des intervenants du deuxième forum minier du Cameroun, pouvez-vous nous donner vos impressions à l’issue des activités?
    J’ai été très impressionné par le forum minier qui vient de s’achever, et cela sur plusieurs points. Le choix des sujets combiné à la qualité des intervenants a fait que les différentes sessions étaient très informatives. D’un autre côté, j’ai aussi été marqué par le niveau d’intéressement des participants, de nombreuses questions pertinentes ont été posées, et cela démontre le degré d’intérêt que la société civile de ce pays porte à l’endroit du développement minier. Je pense que c’est une bonne chose et personnellement j’ai apprécié à juste titre les trois jours de travail.

    Quelle est la leçon la plus importante que vous avez apprise de ce forum?
    Je ne me limite pas juste pas aux leçons apprises, mais aujourd’hui je m’intéresse aux changements que je pourrais apporter à partir de ce que j’ai appris. Dans tout engagement, le plus important est la communication qui peut exister entre les différentes parties prenantes. Dans ce forum, on a entendu le gouvernement, les investisseurs privés mais aussi le point de vue des tierces parties prenantes. Je pense que ce sont ces différents échanges qui peuvent être importants, car le secteur minier industriel est encore nouveau au Cameroun, il entraine beaucoup d’implication, tant sur le plan de l’environnement que sur les habitudes des personnes, donc il y a vraiment une nécessité de communiquer, être transparent sur chaque chose qu’on veut entreprendre, d’impliquer toutes les parties prenantes dans la société et les communautés locales, et c’est ce à quoi on a assisté et que j’ai retenu d’une certaine manière dans ce forum.

    © Journalducameroun.com
    David Meehan, directeur des opérations de Sundance
    Justement parlant de démarche inclusive, Sundance Ressources a toujours été assez transparent dans la conduite de ses affaires en rendant publiques les informations sur l’évolution de l’entreprise. De nombreuses ONG locales se demandent si vous poursuivrez dans cette démarche une fois la convention minière en poche, en rendant public par exemple le contrat avec le gouvernement camerounais?
    Je ne pense pas qu’il nous revienne à nous de rendre public aux yeux de l’opinion camerounaise le contrat que nous aurons eu avec le gouvernement du Cameroun. C’est d’abord l’opportunité et la responsabilité du gouvernement lui-même. La convention minière si elle est obtenue nous liera à ce gouvernement. D'un autre côté, je ne vois pas un aspect de ce contrat pour lequel je devrais être mécontent au point où on dût le soustraire de l’opinion publique. Mais il est important que si nous prenons ce chemin, que nous puissions être soutenus par notre partenaire à savoir le gouvernement local.

    Vous êtes intervenu dans le cadre du forum minier, mais vous êtes aussi le directeur des opérations de Sundance Ressources pour le projet Mbalam et on imagine que vous profitez de l’occasion de votre présence pour suivre les affaires, à quel niveau de discussion êtes-vous avec le gouvernement aujourd’hui?
    Je dois tout d’abord dire que ce pays offre de nombreuses opportunités, tant pour les investisseurs que pour le gouvernement du Cameroun et son peuple, de sorte qu’on puisse les saisir ensemble et travailler dans un esprit de gagnant-gagnant. Vous savez, nous travaillons sur ce projet depuis près de 5 ans, mais ces deux derniers mois, depuis que le gouvernement du Cameroun a mis en place un comité de haut niveau pour suivre son évolution, les progrès se sont accélérés et de part et d’autre, on sent une réelle volonté de parvenir le plus rapidement possible à une convention minière, afin que le début de la phase d’exploitation devienne effectif. En principe avec le gouvernement nous devons établir la manière dont les discussions sur les termes de la convention minière vont se dérouler. Nous espérons pouvoir se mettre d’accord sur l’essentiel des termes de la convention. Mais évidemment cela ne veut pas dire que la convention est acquise, il y a et aura encore des points qui doivent faire l’objet de discussion, mais nous ressentons l’engagement dans les deux parties, à parvenir à un accord sur le projet d’ici la fin de l’année.

    Il existe aujourd’hui comme une divergence de point de vue entre votre entreprise et le gouvernement camerounais, notamment sur le chemin de fer. Le gouvernement le veut optimal et ouvert et vous souhaitez une ligne dédiée et restreinte, vous êtes ensuite concerné par le problème du chevauchement avec des aires protégées et enfin sur la question de l’emploi, le gouvernement veut plus de nationaux, mais vous voulez que cela soit progressif, votre avis sur ces divergences?
    Je dois dire que le fait qu’il y ait des divergences ne nous pose pas de problème. C’est d’ailleurs normal, cela rentre dans la nature des hommes. Une fois qu’un projet est trop grand, on ne peut pas s’attendre à ce que tout le monde soit d’accord. C’est vrai pour le développement, c’est vrai pour les affaires, on ne peut éviter les divergences et on ne doit pas chercher à les éviter. Vous parlez des aires protégées, nous avons travaillé et continuons de le faire, pour éviter au maximum les aires protégés. C’est pour nous une préoccupation réelle. Nos équipes sont ouvertes pour s’y mettre avec l’administration, les organisations de la société civile et les populations concernées. Pour ce qui est du chemin de fer, je reconnais que c’est un des points critiques de nos discussions avec le gouvernement camerounais. Ce que je dois dire c’est que nous comprenons très bien les objectifs et la volonté du gouvernement de ce pays. D’un autre côté, il n’existe pas ce type de chemin de fer en Afrique centrale et donc tout le monde ne comprend pas de quoi on parle. Mais il y a une chose, qui doit être dite, c’est que lorsque vous n’avez pas encore vu à quoi ressemble un chemin de fer lourd pour transport de minerais, vous ne pouvez pas imaginer ce que c’est. Or d’une certaine manière, c’est ce qu’il faut pour une exploitation optimale du fer de Mbalam. C’est quoi un chemin de fer lourd, c’est d’abord une seule ligne, parce qu’on ne peut pas faire deux voies, une seule déjà coute 3 milliards de Dollars (1500 milliards de CFA). Maintenant, on aura des trains avec des wagons de près de 2 kilomètres qui passeront à intervalles de 15 minutes, du coup c’est difficile d’intercaler des trains civils. Nous avons le projet d’emmener une délégation camerounaise en Australie, pour en faire l’expérience et nous espérons nous comprendre par la suite, car les discussions se poursuivent. Alors ce que nous disons, c’est que le type de chemin de fer optimal pour le projet ne peut relier plusieurs localités, pour des raisons de sécurité, et de protection des riverains.

    De nombreuses ONG s’intéressent aussi à votre politique de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), et se demandent quelle sera votre particularité dans ce domaine?
    Il y’a beaucoup de chose qui sont faits à notre niveau. D’abord, nous avons introduit dans notre politique d’investissement, tous les aspects fondamentaux relatifs à la RSE. Nous emmenons aussi toutes nos équipes de travail à s’approprier cet aspect des choses comme de tout notre esprit afin qu’elles en soient conscientes, lorsqu’elles accomplissent leurs missions. La deuxième chose c’est qu’à chaque fois les équipes de travail recevront des formations sur la meilleure manière de faire les choses. Enfin nous attribuerons un budget conséquent pour intervenir dans le but de faire que le projet soit durable dans son environnement. Les investissements miniers c’est vrai ont un grand impact sur leurs environnements. Nous allons mettre un point d’honneur à avoir des équipes qui vont travailler sur le meilleur moyen de collaborer avec les communautés locales, comprendre ce qu’elles veulent et comment on peut les aider à suivre l’évolution des choses.

                                  © Journalducameroun.com
                      David Meehan lors du forum minier 

     
    Justement lors de votre intervention dans le forum, vous avez annoncé consacrer 0,5% de vos profits au financement de la RSE, comment cela va se passer?
    C’est justement le budget dont je parlais, nous pensons travailler avec des partenaires, soit l’administration, soit des ONG, soit les communautés locales directement, soit les trois en même temps, le moment venu cela se décidera.

    Vous avez travaillé pendant de longues années sur le projet de Mbalam et maintenant, vous avez décidé de le vendre aux chinois. Au Cameroun, l’opinions se demande pourquoi?
    Une question intéressante et complexe. Ce que je dois dire c’est que l’entreprise Sundance Ressources, est enregistré au registre de protections des transactions (Bourse) en Australie. Nous avons aujourd’hui et à ce titre près de 24 000 actionnaires qui sont les vrais propriétaires de la compagnie, ce n’est ni moi, ni un autre dirigeant qui en est propriétaire. L’entreprise est cotée en bourse, la loi qui s’applique d’ailleurs à toutes les bourses du monde, veut que si une tierce personne manifeste l’intérêt d’acheter des actions d’une entreprise à un montant intéressant, l’équipe de direction doit le faire savoir aux actionnaires, afin que ceux-ci prennent la décision. Nous ne sommes pas allés voir Hanlong (le futur propriétaire chinois). Ils ont fait une offre publique d’achat, que nous avons transmis conformément à la loi aux actionnaires, qui ont marqué leur accord. Mais je dois dire que notre objectif initial était de trouver une entreprise qui pouvait nous accompagner dans l’investissement sur ce projet qui demande quand même 5 milliards de Dollars (2500 milliards de FCFA), et cela a été complexe. Hanlong s’est proposé de reprendre des actions. Il y a eu une première offre rejetée parce que non satisfaisante, il y a ensuite eu une seconde offre qui était satisfaisante, et la direction l’a soumise aux actionnaires.

    Où en est-on aujourd’hui avec cette entrée sur scène des chinois et qu’est-ce que cela implique?
    Lorsqu’une telle offre est soumise aux actionnaires, ils votent selon une règle qui permet de déterminer la majorité. Si la majorité est pour, l’entreprise est cédée et si la majorité est contre il n’y a pas cession. Qu’est-ce que cela signifie pour le Cameroun. Cela signifie d’abord, que Sundance continue d’être la maison mère de Camiron. Or il faut bien comprendre que Sundance Ressources ne disparait pas. C’est juste qu’au lieu d’avoir 24 000 actionnaires, il en aura un seul et qui s’appellera Hanlong.

    Généralement lorsqu’on parle des investissements chinois, il y a aujourd’hui le fait qu’on leur reproche de n’a pas s’intéresser aux questions d’environnement, de recrutement de la main d’œuvre locale… Comment cela va se passer?
    Je ne voudrais pas faire ce procès, mais je ne pense pas que cela sera le cas avec ce projet. Bien qu’ayant un actionnaire unique, l’équipe dirigeante pourra rester en place. D’un autre côté, au cours de nos derniers échanges, Hanlong a promis aux gouvernements du Cameroun et du Congo puisque nous y sommes aussi, qu’elle respecterait les engagements que Sundance a pris par le passé et les mettrait en œuvre. Il y aura évidemment des changements, parce qu’une entreprise rachetée provoque toujours des changements. Mais ils ont promis de garder les standards, de garder la politique générale et nous leur faisons confiance, les gouvernements camerounais et congolais semblent aussi leur faire confiance.

    Un aspect aussi intéressant de cette transaction, c’est qu’on apprend que le Cameroun pourrait toucher quelque chose, un bonus sur la vente?
    Ce n’est pas exactement cela. En réalité lorsque Hanlong achète des actions de Sundance, l’argent va aux actionnaires, c’est eux qui acceptent de laisser leurs parts. Maintenant, avec le gouvernement camerounais il se fait que le code minier, donne droit d’office à un total de 10% des actions de l’entreprise. C’est cette part-là qui revient au Cameroun. Mais maintenant, nous discutons avec les autorités pour voir si le gouvernement peut s’engager à obtenir des parts supplémentaires, contre déboursement d’un investissement. Ce qui est sûr, c’est que d’ici qu’on en arrive à la convention minière, les parts du Cameroun devraient pouvoir connaitre une évolution.

    Un dernier mot pour nos lecteurs et un message pour les populations de Mbalam, qui espèrent que l’exploitation du fer débutera vite, que ce projet va changer leurs vies, mais aussi quel message pour le gouvernement qui attend des retombées de ce projet essentiel pour sa stratégie de développement?
    Je partage aussi leurs espoirs à tous, et celui surtout que ce que nous faisons changera des vies et en bien. Le deuxième message est que nous sommes ouverts. Toute personne qui pense qu’il peut apporter quelque chose de substantielle, à la mise en œuvre durable et pertinente de ce projet ne doit pas hésiter à nous faire signe. Nous somme entièrement ouvert. Personne ne doit avoir la crainte de nous approcher, nous voulons travailler avec tout le monde. Parce que nous sommes convaincus que c’est de cette manière que les choses seront le mieux possible.







    Cameroun : Mission du FMI dès le 1er mai, économie nationale et projets structurants au menu


    (Xinhua) - Une mission du Fonds monétaire international (FMI) est attendue au Cameroun mardi pour une visite de travail de routine jusqu’au 16 mai comportant au menu une évaluation économique et financière, avec à la clé une appréciation de la réalisation des projets structurants tels le port en eau profonde de Kribi, a appris Xinhua auprès de l’institution.

    Auparavant sous ajustement structurel, le Cameroun n’est plus depuis trois ans un pays sous programme du FMI, grâce à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) de la Banque mondiale, en 2006.
    Certes à caractère ordinaire, la mission annoncée et qui a lieu tous les ans ne manquera pas toutefois de sacrifier à la tradition des « discussions franches avec les autorités du Cameroun sur tous les secteurs » accompagnées de recommandations, a expliqué le représentant résident du FMI au Cameroun, Ekué G. Kpodar. Comme d’habitude, il s’agira d’examiner l’évolution de l’économie et de la situation financière camerounaise en comparaison avec l’environnement international, qui continue encore d’être marqué par la crise de la dette en Europe.

    Cette crise fera l’objet d’un séminaire en marge des discussions entre la délégation du FMI et le gouvernement camerounais. Pour l’instant, les conséquences de la difficile conjoncture européenne sur une économie comme celle du Cameroun restent minimisées, car, « le fait que nos Etats soient moins intégrés à l’économie mondiale au plan financier, ça réduit l’impact », a fait savoir Kpodar.

    Cette analyse confirme celle faite récemment par la représentation locale de la Banque mondiale. Pour le fonctionnaire du FMI, le Cameroun, contrairement à la récession économique mondiale de 2008-2009, subit actuellement un impact négligeable parce qu’il « bénéficie de l’effet prix du pétrole. C’est quand même un pays exportateur net. Les prix augmentent, ça bénéficie aux recettes pétrolières de l’Etat ».
    « C’est encore quelque chose sur lequel on va travailler. Les projections du marché pétrolier sont assez conservatrices. Cela signifie que l’Etat camerounais va avoir un bonus au niveau de ses recettes », a-t-il insisté.

    Pour 2012, le FMI a projeté une croissance du PIB (produit intérieur brut) de 4,5% concernant le Cameroun, contre un objectif de 5,5% fixé par les autorités de Yaoundé elle-même. De 3,8%, ses estimations portant sur l’année écoulée sont aussi aux statistiques gouvernementales établies à 4,1%. Une nouvelle évaluation est en cours et sera communiquée en juin.

    De manière générale, ces indicateurs confirment par-dessus tout une consolidation de la croissance économique camerounaise, au sortir de la récente crise économique dont elle avait subi sévèrement les effets en se situant à 2% en 2009, soit le taux le plus bas au cours des dix dernières années.

    Au classement des agences de notation internationales, cette économie est évaluée à « BB stable » par Standard and Poor’s, contre « BB- » de la part de Fitch and Reting. Deux appréciations différentes qui traduisent chacune un environnement à risque mais avec une tendance acceptable pour l’investissement.

    Dans une logique de diversification des sources de financement de son économie, le Cameroun, après un premier emprunt obligataire à succès de 100 milliards de francs CFA (200 millions USD) fin 2010 pour un taux d’intérêt de 5,6%, expérimente depuis novembre 2011 le recours à l’épargne nationale à travers l’émission de bons du trésor.

    Les deux premières de ces opérations, d’un montant respectif de 10 et 8 milliards de francs CFA (20 et 16 millions USD) et d’une maturation de treize semaines pour un taux d’intérêt de 1,75%, ont déjà été remboursées. Une deuxième séquence de cinq émissions de bons du trésor d’une maturation de vingt-six semaines a suivi. D’une valeur de 10 milliards de francs également, la première de celles-ci est prévue d’être remboursée le 8 juin.
    « Il faut encourager l’Etat à aller dans cette direction. Ça lui permet de tenter sa crédibilité et ses besoins. Ça permet aussi de moderniser les instruments de gestion de la trésorerie de l’Etat, en rendant celle-ci plus dynamique et plus efficace », juge Ekué G. Kpodar.

    A la faveur de l’allègement de sa dette bilatérale et multilatérale consécutif à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, le Cameroun connaît aujourd’hui un niveau d’endettement assez bas. Mais, le FMI recommande la prudence en appelant à éviter un ré-endettement rapide et à « créer des conditions en vue d’attirer plus d’investissements et de maintenir la stabilité économique ».

    Avant de rencontrer les autorités du pays à Yaoundé, la mission qui arrive ce mardi débutera ses contacts à Douala, la métropole économique camerounaise, avec les banquiers, les représentants du patronat, les grandes entreprises, etc., informe le représentant au Cameroun. Un déplacement à Limbe (Sud-Ouest) portera sur une visite des installations en cours de modernisation de la Société nationale de raffinage (SONARA).

    Projet phare de la politique des « grandes réalisations » du nouveau septennat du président Paul Biya, le port en eau profonde en cours de construction à Kribi (Sud) sera aussi un point focal de la mission de délégation venue de Washington aux Etats-Unis.



    Lire l'article original




    West African Minerals Corp : Acquisition of Minority Interest in Cameroon Subsidiary


    West African Minerals Corporation
    ("WAFM" or the "Company")
    Acquisition of Minority Interest in Cameroon Subsidiary West African Minerals Corporation (AIM: WAFM), the iron ore exploration company with interests in Cameroon and Sierra Leone, is pleased to announce that it has reached agreement to acquire the 5% interest (the "Minority Interest") not previously in its control in Compagnie Minière du Cameroun SA ("CMC Cameroon") (the "Acquisition"). Following completion of the Acquisition, CMC Cameroon will become an indirect wholly-owned subsidiary of the Company.
    CMC Cameroon owns six exploration permits granting the exclusive rights to explore for iron ore and associated minerals in areas referred to as Djadom, Dja, Lélé, Minko, Sanaga and Binga in Cameroon covering a total area of approximately 6,000 square kilometres.
    On 25 April 2012 the Company announced positive results of its recent aeromagnetic survey on the Cameroon properties and is proceeding with Phase Two of its exploration programme comprising approximately 400 fifty metre holes (20,000 metres in total) to target direct shipping ore (DSO) material overlying magnetite banded iron formation (BIF) bedrock.
    Stephen Dattels, CEO and Executive Co-Chairman of WAFM, commented:
    "We are delighted to have reached agreement to acquire the minority interest in Cameroon. The acquisition results in the project being 100% owned by West African Minerals with full operational control of this major asset. Given the recent positive results from the aeromagnetic survey we believe this is in the best interests of all shareholders."
     
    On completion of the Acquisition WAFM will issue to the vendors a total of 18.5 million new ordinary shares in the Company ("Ordinary Shares") representing approximately 6.7 per cent. of the enlarged share capital (the "Consideration Shares"). Based on the closing price of an Ordinary Share traded on AIM on 21 May 2012 of 54.75 pence, the Consideration Shares are valued at approximately £10,128,750.

    Completion of the Acquisition is expected to occur within 10 days and is subject to all regulatory requirements being fulfilled. The Consideration Shares will rank pari passu with the existing Ordinary Shares and application will be made for the Consideration Shares to be admitted to trading on AIM which is expected to occur on or about 31 May 2012.

    The principal vendor of the Minority Interest is Colosseum Holdings Limited, a company in which Mr Gualtiero Giori is indirectly interested. Mr Giori, a founder of CMC Cameroon, is a non-executive director of WAFM. As a result, the Acquisition is a related party transaction under the AIM Rules.

    As a director of the Company Mr Giori is subject to a lock-in pursuant to which he has agreed not to dispose of his interests in Ordinary Shares before 9 January 2013 (being the period of the lock-in for all Directors following the readmission of the Ordinary Shares to trading on AIM on 9 January 2012).

    In view of the significance of the Acquisition which provides full ownership and operational control of the Company's major asset in Cameroon, the Independent Directors (being the Board excluding Mr Giori) consider, having consulted with Beaumont Cornish Limited, the Company's Nominated Adviser, that the terms of the Acquisition are fair and reasonable insofar as the Company's shareholders are concerned.
    As at 30 September 2011 CMC Cameroon's total assets and net liabilities amounted to US$95,639 and US$177,218 respectively. In the six months ended 30 September 2011 CMC Cameroon made a loss before tax of US$99,533.
    Following the issue of the 18,500,000 new Ordinary Shares, there will be a total of 277,449,579 Ordinary Shares of no par value in issue with voting rights. The Company does not hold any Ordinary Shares in Treasury. Therefore the total number of Ordinary Shares in the Company with voting rights will be 277,449,579 and this number should be used by shareholders in the Company as the denominator for the calculations by which they will determine if they are required to notify their interest in, or a change to their interest in, the share capital of the Company under the Financial Service Authority's Disclosure and Transparency Rules.


    Read the full original version




    Le Cameroun se relance dans la course vers la transparence

    EITI Madagascar
    EITI Madagascar

    (Investir au Cameroun) - Le gouvernement se prépare à réussir son dernier examen devant le conseil d’administration de l’EITI, au sujet de la gestion de ses industries extractives.
    Ainsi, le Cameroun se relance dans la course pour accéder au statut de «Pays conforme» de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), EITI en anglais. 

    Le comité national EITI Cameroon a publié fin mai 2012 sur son site web (www.eiticameroon.org) son plan d’actions pour la période 2012-1014 en vue d’accéder au statut de pays conforme. Après les échecs simultanés depuis 2007, un délai de grâce avait été accordé au gouvernement camerounais par le conseil d’administration d’EITI lors de sa session de sa session des 14 et 15 février 2012 à Londres. Ceci après les échecs de ses deux autres passages devant ce conseil à Dar Es Salam et à Djakarta. Ainsi, le sort du Cameroun, actuellement « Pays candidat » sera connu le 13 août 2013. Il devrait alors avoir achevé avec succès la validation de l’édition 2011 du rapport de conciliation qui fait le rapprochement entre les montants versés par les compagnies exploitant les ressources extractives (mines et pétrole, pour le moment) et ceux déclarés reçus par le gouvernement camerounais. Le conseil d’administration de l’ITIE avait exigé qu’à la date du 13 mai 2012, l’adoption et la publication d’un plan d’action du Cameroun soit effectuée. Ce qui est chose faite.
     
    Rapports de conciliation
    Dans ce plan publié par le comité ITIE Cameroun, il est prévu la réalisation et la publication des rapports de conciliation pour les exercices 2009-2010 et 2011 durant la période 2012-2014. Pendant ces deux années, il est aussi prévu une large communication sur le rapport via divers supports. Un rapport de conciliation est à élaborer de façon accessible, complète et compréhensible afin de susciter le débat public. Mais, sur le site web d’ITIE Cameroun, le montant du budget de ce plan d’actions n’est pas mentionné. 

    Jointe au téléphone, Agnès Solange Ondigui Owona, la coordonatrice du comité ITIE Cameroun a indiqué que «le comité n’a pas encore décidé de rendre public le budget de ce plan». Mais pour Ernest Ayissi Nkolo, acteur de la société civile et membre élu du secrétariat technique national de l’ITIE, « cela reste un beau plan, donc "un beau projet". Mais, va-t-il être tenu et financé? », se demande-t-il. Pour lui, cela va dépendre de la volonté politique. «C'est à ce niveau que se situent nos craintes. Le plan vise et  veille à respecter toutes les "exigences". Un proverbe dit que "le poisson pourrit par la tête": Si le politique passe à l'action, les compagnies vont se conformer, ses services vont corriger le tir selon les méthodes édictés dans nos recherches en petits groupes».

    Faiblesses et solutions
    En refusant de valider les rapports de conciliation de l’Etat, le conseil d’administration de l’ITIE tirait une sonnette d’alarme sur les écarts observés entre les chiffres déclarés par le gouvernement et ceux déclarés par les compagnies pétrolières notamment. En clair, pour les membres de ce conseil, il n’y a pas une clarté totale dans la gestion de l’argent du pétrole camerounais. 

    Selon le conseil, l’examen du dossier du Cameroun n’avait pas permis de démontrer «que les données couvraient tous les paiements et revenus significatifs des entreprises et des entités de l’État». Par ailleurs, le conseil notait «la présence de faiblesses systémiques au niveau de la déclaration des revenus du gouvernement lors de l’élaboration du rapport ITIE 2006-2008 ». Parmi les causes de cette situation, la société civile indexait l’inorganisation du travail au sein du comité du fait de «l’engagement questionnable des pouvoirs publics», l’interruption des activités de communication en direction du public ou encore l’engagement «désinvolte» des compagnies dans le processus ITIE.

    Pour que le Cameroun ne soit plus recalé, la société civile a lancé un appel en avril dernier pour une gouvernance plus rigoureuse de nos ressources pétrolières. Elle propose sept solutions. Il s’agirait donc, d’accentuer la communication autour des rapports de conciliation ; de maximiser la participation des services gouvernementaux tels que la direction générale des Impôts, la direction générale du Trésor et de la Coopération financière et Monétaire, la SNH, la Sonara et le ministère en charge des Mines ; d’améliorer la fréquence de publication des rapports de conciliation des déclarations des payements des compagnies pétrolières et minières et des encaissements reconnus par l’Etat ; de publier les chiffres sous la forme désagrégée, compagnie par compagnie, par type de payement encaissé chronologiquement par l’Etat, et non pas seulement globalement sous forme agrégée telle que présentés dans les rapports de 2001 à 2008 déjà seuls disponibles ; de garantir la prise en compte des données certifiées ; d’ instaurer la transparence autour des contrats miniers et pétroliers et enfin de donner à l’ITIE au Cameroun un fondement légal. 

    L’ITIE avait été mis sur pied en 2005 par l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, pour classifier les pays qui respectent les règles de transparence dans la gestion des ressources financières issues des industries extractives. Ceci dans le but de faire profiter les populations des richesses de leur sous-sol. Les Etats déclarés « Pays conformes » sont considérés crédibles par les bailleurs de fonds et les partenaires internationaux.


    BOD






    Ces produits de consommation que l'Etat subventionne 

     

    Jean Tchoffo a dû le répéter à plusieurs reprises : l’atelier où l’on a présenté et examiné les résultats de l’étude sur les subventions des prix à la consommation alimentaire et énergétique lundi à Yaoundé, ne peut déterminer le dégel des prix à la pompe. Le président du Comité technique de suivi des programmes économiques (Cts) et les représentants de la Banque mondiale (BM) qui organisaient la réunion parlaient de discussions techniques, là où tels représentants de la société civile ne voyaient qu’une entreprise politique.
    L’un dans l’autre, les chiffres qui se succédaient dans le compte-rendu effectué par Christian Zamo, expert commis par la BM, ont fini par rapprocher les parties sur au moins un point : les subventions gonflent au fil des ans et n’atteignent pas forcément leur but que sont les consommateurs les plus modestes. Quelques chiffres résument la situation : 74% des subventions au super sont captés par les ménages les plus nantis. Et l’enveloppe croît : 323 milliards de F en 2011 pour maintenir stables les prix du carburant, 400 milliards projetés en 2012. « Nous enrichissons cinq fois les plus riches », lance M. Tchoffo.
    Il y a certes quelques motifs de satisfaction : le pétrole lampant est effectivement consommé par les moins nantis. Le maïs détaxé est aussi prisé par les couches populaires. Peu importe, la moitié du budget d’investissement public équivaut à l’enveloppe des subventions, tempèrent les représentants du gouvernement…Dès lors, prévient le président du Cts, le Cameroun risque de se trouver un jour acculé à ne plus investir ou même à payer difficilement ses fonctionnaires. Les subventions ayant tout consommé. Quelques syndicats de travailleurs des transports sont du même bord, mais pas pour les mêmes raisons : il faut que la subvention améliore leurs revenus. Quitte à éliminer du bénéfice ceux des consommateurs plus riches.
    Pour autant, certaines voix font remarquer que l’étude ne prend pas en compte les diverses implications d’une consommation sous perfusion. Qu’adviendrait-il si les prix sont alignés sur les cours du marché et que les consommateurs, quels qu’ils soient, baissent leur consommation ? Le spectre de la chute de la croissance et des licenciements dans les entreprises se dessine selon tel intervenant. Et d’ailleurs, quelle est la part des revenus pétroliers du Cameroun et comment les mettre en rapport avec les subventions ?
    Contre les interventions en dehors du champ du sujet, Jean Tchoffo rappelle la publicité qui est faite des revenus du pétrole. Mais on ne peut décider d’affecter les revenus pétroliers aux seules subventions au carburant, avertit-il. Autant affecter chacun des 20 millions de barils produits annuellement à chaque Camerounais. La discussion qui s’anime va s’éclairer des expériences heureuses et malheureuses d’autres pays. Pour que la décision à venir soit la plus consensuelle.


    Lire l'article original




    Ressources extractives: Yaoundé, capitale internationale des mines

    Par Bobo Ousmanou, Integration - 29/05/2012

    La capitale camerounaise accueille dès ce mardi un forum minier qui réunira le gouvernement, la société civile, le secteur privé extractif, la Banque mondiale et de nombreux experts


    Tout un forum consacré au secteur minier. Voilà le pari que veulent tenir les autorités camerounaises. L’objectif général de la rencontre est de stimuler le dialogue entre les intervenants de ce secteur au Cameroun. Au-delà des échanges, la rencontre de Yaoundé devrait permettre de confirmer les engagements des différentes parties prenantes du secteur minier. Il sera également question de donner aux participants un accès à des expertises et expériences tant internationales, que régionales et nationales « dans la perspective du développement minier au Cameroun ». Le principal résultat attendu est que le secteur minier au Cameroun puisse être appuyé dans les orientations stratégiques de son développement. Le forum devrait s’articuler autour des débats et discussions qui seront suivis d’une série de questions –réponses. Ses organisateurs le veulent ouvert aux membres du gouvernement, le secteur privé, la société civile et les partenaires au développement, mais l’évènement devrait aussi pouvoir être ouvert aux médias, étudiants, ou responsables de collectivités décentralisées intéressés par le sujet. Pour les étudiants particulièrement, le forum sera une occasion pertinente de se renseigner sur les possibilités d’emplois offertes par le secteur des mines. Aussi, les entreprises minières présentes au Cameroun pourront communiquer sur leurs projets et programmes respectifs.


                © Esso-Tchad
             
    Une occasion de renforcement des connaissances
    Pour ce qui est des enseignements concrètement attendus, les différentes parties prenantes pourront prendre connaissance des différentes expériences de stratégie minière. Le Cameroun aura l’occasion d’opposer la sienne aux pratiques pertinentes reconnues à l’international. La rencontre devrait aussi permettre d’avoir une idée de la chaine de valeur dans les industries extractives. On pourra y avoir des renseignements sur le cycle de vie d’une mine, la gestion de l’artisanat minier, la gestion des titres miniers, notamment le processus qui va de l’attribution des permis d’exploration à la négociation des contrats d’exploitation. Parce que les projets miniers ont un impact sur leurs environnements physiques et humains, des discussions seront aussi faites sur la manière de concilier exigence de développement des opportunités minières et protection de l’environnement. Dans le même registre, des échanges concerneront la gestion des conflits sociaux dans le cadre de l’exploitation ou l’exploration minière. L’on s’appesantira par ailleurs sur les mécanismes de partage des revenus du secteur minier. Un des moments importants du forum sera celui des échanges sur la transparence dans les matières extractives. Le Cameroun, toujours en quête d’un statut de conformité auprès de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), aura une fois encore l’occasion de présenter sa situation et aussi de recueillir des avis ou d’autres expériences, en vue de renforcer sa candidature lors de son ultime évaluation prévue pour octobre 2013. Enfin, le forum devrait permettre de pouvoir discuter au-delà des revenus que génèrent les projets miniers, de leurs contributions effectives au développement des pays qui en ont le potentiel.


    Lire l'article original




    Cameroun: négociations pour l'octroi du premier permis d'exploitation du fer 

    Écrit par romandie   
    Jeudi, 31 Mai 2012 18:34



    Le Cameroun est actuellement en négociation pour l'octroi du premier permis d'exploitation d'un important gisement de fer dans l'est du pays, prévoyant notamment la construction d'une ligne de chemin de fer de 510 km, a appris l'AFP mercredi de sources concordantes. Des négociations entre l'Etat et la compagnie Camiron (filiale camerounaise de la société australienne Sudance Ressources) sont actuellement en cours pour l'attribution d'une convention minière en vue de l'exploitation du minerai de fer de Mbalam (est du pays), a indiqué mercredi Théophile Mbarga Ndougsa, sous-directeur de la géologie au ministère des Mines.

    Le gisement de fer de Mbalam a une capacité de 2,5 milliards de tonnes, a assuré M. Mbarga Ndougsa, qui s'exprimait au deuxième jour d'un forum sur les mines qui s'est ouvert mardi à Yaoundé.

    Dans l'optique d'une conclusion rapide (du contrat), le gouvernement camerounais a recruté des conseillers, a-t-il précisé, ajoutant que les parties étaient déjà parvenus à un accord sur les principes clés de la convention minière.

    Nous espérons boucler la convention minière d'ici deux mois environ, a affirmé à l'AFP, en marge du forum, un responsable de Camiron, Arend Van Der Goes, précisant vouloir lancer l'exploitation fin 2014, début 2015.

    Les financements (prévus pour la réalisation de ce projet) sont très considérables. Ils sont de l'ordre de 5 milliards de dollars US, a-t-il ajouté.

    En plus des mines, il est notamment prévu dans le cadre de ce projet la construction d'une ligne de chemin de fer de 510 Km pour transporter le fer jusqu'au port de Kribi, en construction dans le sud du Cameroun, selon M. Der Goes.

    Au cours du forum sur les mines, Samuel Nguiffo, responsable du Centre pour l'environnement et le développement, a en revanche demandé la suspension de l'octroi de permis miniers.

    Il y a les permis miniers qui chevauchent les concessions forestières, les aires protégées, les concessions foncières des forêts communales et des forêts communautaires, a-t-il ajouté, soulignant qu'ils affectaient aussi les espaces occupés par certaines populations et qu'actuellement, 25 permis miniers chevauchaient 10 aires protégées a expliqué M.Nguiffo dont l'ONG a réalisé une étude sur la question.

    Le risque financier pour l'Etat sera extrêmement élevé à cause des contentieux opposants l'Etat à des compagnies titulaires de droits obtenus légalement, a prévenu M. Nguiffo.

    Depuis l'adoption d'un code minier au Cameroun en 2001, deux permis d'exploitation de minerais et plus de 160 licences d'exploration ont été attribué à des compagnies minières étrangères pour la plupart contre seulement trois permis octroyés avant 2001.

    Le Cameroun mise sur l'exploitation de ses ressources minières pour devenir une économie émergente à l'horizon 2035.

    ONGs, Banque mondiale et experts du secteur minier estiment que l'importance de ces ressources peut permettre d'atteindre cet objectif, à condition que les revenus qui en découleront soient gérés en transparence.


    (©AFP / 30 mai 2012 20h54)



    Lire l'article original


    Carburants : Nouvel avis d’anxiété à la pompe


     

    Le Fmi presse de nouveau le gouvernement d’appliquer la vérité des prix à l’international.


    Le gouvernement camerounais pourra-t-il continuer à résister aux avenantes et répétitives pressions du Fonds monétaire international (Fmi), en rapport avec le réajustement à la hausse des prix des carburants à la pompe ? Souscrira-t-il à la fin de cette politique de péréquation, au risque d’ouvrir un nouveau front de crise sociale ?En fin février 2008, les émeutes dites de la faim s’étaient déclenchées à la suite d’une décision des autorités d’augmenter le pétrole lampant, le super et le gasoil. Il dût la rapporter dare-dare sous la pression de la rue. Une nouvelle surchauffe est intervenue au début de l’année en cours, à la suite de lamentations de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph), selon laquelle la subvention des carburants devient «difficilement soutenable». Elle aussi fut rapidement enrayée, face à la levée de boucliers des syndicats de transports et d’Ong de défense des consommateurs.

    Pourtant, par trois fois au moins, le FMI, qui vient d’effectuer une mission au Cameroun, rappelle les effets jugés pernicieux de cette politique sur le Trésor public. Son communiqué, publié le 17 mai dernier, indique que le budget de 2012 devrait profiter des recettes pétrolières exceptionnelles générées par le niveau actuellement élevé des cours internationaux. Avant de s’empresser d’ajouter que «son exécution pourrait être perturbée par le report des reste-à-payer et par un niveau de subventions aux carburants supérieur aux montants budgétisés». La suite se veut plus explicite encore : «Pour préserver la viabilité des finances publiques et de l’endettement à moyen terme, il importe de réévaluer la politique en matière de subvention aux carburants. L’élimination progressive de ces subventions pourrait s’accompagner du déploiement d’un dispositif de protection sociale ciblé en faveur des couches les plus vulnérables de la population.»

    Le sujet, hautement sensible s’il en est, hante la vie des gouvernants et pourrit les rapports entre le Cameroun et le Fmi depuis de nombreuses années. En 2011, les pouvoirs publics ont mis quelque 300 milliards de francs Cfa au pot pour permettre aux consommateurs d’accéder facilement aux produits pétroliers, rappelant à l’envi la nécessité d’arrimer leur coût au marché international.

    Des arguments qui sont loin d’émouvoir les organisations de la société civile. Ainsi du Réseau associatif des consommateurs de l’énergie (Race) et de la Fédération nationale des associations de consommateurs (Fenac), qui dans un violent communiqué conjoint publié le 23 janvier 2012, constataient qu’en raison de la constante embellie du cours du baril de brut sur le marché mondial, l’or noir avait rapporté la rondelette somme de 1766,852 milliards de francs Cfa de recettes transférées au Trésor public. «Pourquoi, comme par hasard et sans nous dire à quoi elle retourne, c’est toujours lorsque le prix du baril de pétrole brut grimpe qu’on nous sert la fameuse ritournelle sur ‘la vérité des prix’, qui est l’indexation des prix à la pompe sur les prix fluctuants du baril et du cours du dollar US sur le marché international ? Pourquoi, lorsque le baril est au plus bas, les prix du carburant à la pompe ne baissent-ils pas automatiquement?» s’interrogeaient-ils gravement.

    Par ailleurs, ce n’est pas la faute du consommateur si, depuis sa création en décembre 1976, la Sonara raffine à peine 6% du pétrole produit au Cameroun. Calculette en main, ces regroupements constatent que le prix sortie Sonara du litre de super étant de 221,64 francs, toutes taxes comprises (Ttc), en supprimant toutes les taxes incongrues, le litre de super à la pompe reviendrait à 400 francs Ttc. Au lieu de provoquer les usagers en procédant à une augmentation à l’aveuglette des prix du carburant, l’Etat, selon le Race et la Fenac, «ferait mieux d’envisager une reforme de fond en comble de la fiscalité pétrolière aval, afin de tirer les tarifs vers le bas».






    Construction de la cimenterie Dangoté: Ce sera finalement à la base Elf


    DOUALA - 31 Mai 2012
    Dipita Tongo (L'Info) | Correspondance
     
    Nouveau rebondissement dans le dossier de construction de la cimenterie Dangoté, l'infrastructure sera finalement installée sur le site querellé

    Depuis la pose de la première pierre de l'usine de fabrication de ciment du richissime homme d'affaires nigérian Aladji Aliko Dangoté au lieu-dit base Elf à Douala, l'actualité autour de ce dossier va de rebondissement en rebondissement.

    Nous avons appris la semaine dernière, la confirmation par le gouvernement camerounais de la construction de cette cimenterie à l'endroit préalablement indiqué, pourtant on se souvient que l'Assemblée traditionnelle du peuple Sawa «le ngondo» y avait opposé un veto en raison des rites traditionnels qui s'y déroulent chaque année, chose que le gouvernement camerounais a reconnu, mais selon nos informations, le règlement actuel vient justement de cette instance traditionnelle, du moins de l'un de ses membres sans l'assentiment véritable de tous. D'où la polémique qui a cours en ce moment au sein même du Ngondo.

    En effet, après le refus catégorique des chefs Sawa, des négociations serrées se sont ouvertes entre la partie nigériane, le gouvernement camerounais et les autorités traditionnelles. Selon toute vraisemblance aucun accord véritable n'avait été trouvé malgré les multiples va-et-vient observés entre Douala, Lagos et Yaoundé. En dépit de l'échec des négociations, les travaux ont repris à la base Elf, d'où la grosse interrogation de savoir l'ordonnateur de la reprise des travaux?

    Dans la communauté Sawa, des doigts accusateurs évoquent le désintéressement d'un des membres influents par le richissime homme d'affaires, ce qui aurait conduit au dénouement actuel. Une situation qui n'arrange pas l'ensemble des chefs traditionnels d'où les nouvelles craintes qui pèsent sur la suite des travaux, ce d'autant qu'entre temps de nouveaux arguments militent en défaveur de la construction sur ce site stratégique qui s'ouvre sur la mer d'une cimenterie étrangère.

    On parle notamment des raisons de sécurité qui pourraient faciliter l'accès à l'intérieur du territoire national des éléments non conformes à la réglementation, un prétexte balayé du revers de la main par les pro-Dangoté qui estiment que le groupe Lafarge dont la cimenterie (Cimencam) se trouve de l'autre côté de la rive ne pose aucun problème de ce genre. Pour l'heure, la reprise des travaux à la base Elf semble avoir été adoubée par les pouvoirs publics, n'empêche la réaction de l'assemblée traditionnelle reste attendue.

    Selon des prévisions, ce projet vise l'implantation et d'exploitation à Douala d'une cimenterie d'une capacité d'un million de tonnes par an, favorisant ainsi la valorisation de la matière locale, la création des emplois et l'accroissement de la valeur ajoutée nationale. De façon spécifique, cette société vise la production de ciment composé de 60% de clinker, 35% de cendre volcanique ou de pouzzolane achetées localement et 5 % de gypse. Le coût global de l'investissement est de 115 millions de dollars, pour une création d'environ 200 emplois. Ce financement est totalement bouclé par le groupe Dangoté et le projet est rentable dès la seconde année de production. Au terme de ce projet, le Cameroun devrait pouvoir non seulement «s'auto suffire» en ciment mais aussi exporter dans la sous-région. 


    Lire l'article original

     


     

     

    Sundance, Hanlong Delay $1.7 Billion Deal

    Sundance Resources has signed a revised agreement with China’s Sichuan Hanlong Group, taking it one step closer to finalizing Hanlong’s proposed A$1.7 billion (US$1.66 billion) takeover of the iron ore explorer.
    Sundance, which owns the Mbalam iron ore project on the border of the Republic of Cameroon and the Republic of Congo, said it has now “simplified” the timetable for the deal, which it hopes will now be completed in November.
    Hanlong has proposed the acquisition of Sundance for A$0.57 cash per share, which the company’s directors have unanimously recommended.
    “The revised [scheme implementation agreement] follows the substantial progress made in discussions involving Sundance, Hanlong, and the governments of the Republic of Cameroon and the Republic of Congo as well as establishing a clearer understanding of the needs of China’s National Development and Reform Commission and Hanlong’s financiers, the China Development Bank,” Sundance said in a statement.

    Beulah Capital Chief Investment Officer Tom Elliott said he’s advising clients to stay away from the stock.

    “Mid-November is six months away, it shouldn’t take that long, plus the world has changed since the bid was first launched and the iron ore price has fallen,” Mr. Elliott said, adding that he believes Hanlong will probably seeks some “wiggle room” and attempt to reduce its offer price.

    But Fortitude Capital managing director John Corr is standing firm on his long position.

    “We’ll sell in strength and buy in weakness because we think the deal will still go ahead,” Mr. Corr said.

    He added the stock’s current price of 42 cents a share reflects the market’s understanding that a number of hurdles still need to be passed including bank approvals and the issue of the Congo Mining Permit.

     

    Read the original article

     

     

     JXTC TO BUY GEOVIC


    SNI (National Investment Corporation of Cameroon and a partner with Geovic in developing the Cameroon cobalt project) states that JXTC (a Chinese conglomerate which is a large Chinese industrial company) to purchase a majority stake in Geovic. According to http://finance.yahoo.com/q/it?s=GVCM.OB+Insider+Transactions, Geovic insiders have been acquiring stock rapidly so that more than 1.6 million shares of stock since late August and the state of shares is :

    - William Buckovic acquired 1,096,780 shares
    - Gary Morris acquired 220,000 share
    - Michael Mason acquired 200,000 shares
    - Shellia Short acquired 128,000 shares

    The agreement that was scheduled to be completed in January of 2012 will finally take place this week.



    Read full article

     ---------------------------------------

    Secteur minier : Les députés camerounais demandent un moratoire sur l'attribution des permis dans les aires protégées

    C'est à la faveur d'un rapport publié par trois ONG qui dénoncent l'octroi par le gouvernement du Cameroun, de 28 permis d'exploration pétrolière et minière dans 15 aires protégées différentes.
    Le rapport intitulé : « Tendances émergentes dans les conflits liés à l'utilisation des terres au Cameroun : Chevauchements des permis d'exploration des ressources naturelles et menaces sur les aires protégées et les investissements directs étrangers » est le fruit du travail du Centre pour l'Environnement et le Développement (CED), de la World Wildlife Fund (WWF) et du Réseau de Lutte contre la Faim (RELUFA).
    Le document qui pose la problématique des chevauchements des permis miniers et pétroliers sur les aires protégées et les forêts domaniales du Cameroun a été présenté le lundi 23 avril à l'Assemblée Nationale aux membres du comité technique du suivi du forum (CTSF) sur la gestion intégrée des ressources minières et forestières. Le CTSF a été crée au sein du Réseau des Parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale (REPAR) en réaction au besoin du renforcement de la coordination dans le développement des secteurs minier et forestier.


     

     

    CINQ COMPAGNIES PÉTROLIÈRES ÉPINGLÉES PAR LE MINISTÈRE DE L'ENVIRONNEMENT



    Total Cameroun, Oilibya, Tradex ... mis en cause par le Ministère de l'environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable pour infractions environnementales.


    Lire la suite


    -----------------------------------------------
     ------------------------------------------------------------------
    -----------------------------------------------


    Lire les informations générales sur le secteur extractif Camerounais (17.04.2012)


    Compilation faite aimablement par le Réseau de Lutte contre la Faim (RELUFA)

      

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire